L'actualité en continu du pays de Brive


Tous les enfants sont “pas comme les autres”

Dans les chapitres qu’il a ouverts pour cette 38e édition de la Foire du livre de Brive, Éric Fottorino a voulu aborder le thème des enfants “pas comme les autres”, ceux qui ne sont pas adaptés au système scolaire. Parce qu’ils connaissent des troubles d’apprentissage du savoir, parce qu’ils sont enfermés dans leurs univers où communiquer avec les autres est une souffrance, parce que… Pour éclairer le débat: deux esprits très libres: la star de la pédagogie alternative Céline Alvarez et le psychiatre comportementaliste chantre de la pleine conscience Christophe André. Convergences de regards.

Lui prône “le temps de méditer” dont il a fait le titre de son dernier ouvrage. Elle a pris “une année pour tout changer” (titre également de son livre) et mettre en œuvre sa démarche pédagogique auprès de 750 enseignants en Belgique. Deux registres qui a priori ne se recoupent pas. Et pourtant, ils soulèvent chacun ce qui fonde notre singularité. “Chaque adulte est un ancien enfant”, rappelle Christophe André. “Tous les enfants sont “pas comme les autres”, répond Céline Alvarez. La question touche à la construction des individus : comment faire se rencontrer la singularité des enfants et l’uniformité du système éducatif?

Céline Alvarez inverse les priorités:”il faut aider les adultes à être beaucoup plus autonomes, à se détacher des injonctions extérieures pour écouter leurs intuitions, faire voler en éclats les croyances qui érigent des murs infranchissables. Quelle sorte de société créons-nous, avec des enfants programmés dans une compétition à juger l’autre? Cela donnera des adultes à côté d’eux mêmes et qui passent ensuite des années à tenter de revenir vers eux.”

“On ne valorise pas un succès comme on pénalise autant un échec”, déplore Christophe André. “Beaucoup d’enfants sont stressés par l’école. Plus le niveau de stress est élevé, plus ils ont du mal à faire confiance aux autres et à être altruiste, c’est à dire ce qui fait notre humanité. Nous sommes faits pour la collectivité, c’est ce qui nous rend plus heureux et plus efficace. Regardez dans quel état vous êtes lorsque vous êtes jaloux, envieux, en colère, le corps en souffre. Nous avons besoin d’être dans des rapports humains chaleureux et porteurs.”

Il n’était évidemment pas question en une heure d’embrasser toute la complexité du sujet ni d’espérer résoudre l’interrogation, mais les adultes présents, écoutant en apnée dans une salle comble, ont certainement changer de regard en redevenant l’enfant qu’ils avaient été, se remémorant leur propre parcours. Chacun dans sa plus ou moins différence. Ce qui finalement nous rend très semblable, comme  un plus petit dénominateur commun.

 

Infos sur foiredulivredebrive.net.

Sur la Foire du livre, vous pouvez consulter nos précédents articles:

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Laisser un commentaire