L'actualité en continu du pays de Brive


Quand la poésie court les rues

L’universitaire toulousain Serge Pey, maitre de la poésie d’action, a emmené ce matin une déambulation poétique entre la médiathèque et la halle Brassens à l’issue de la remise du prix Mallarmé. Une manifestation inédite et singulière organisée dans le cadre de la Foire du livre.

Au milieu de la rue Toulzac, Serge Pey poursuit pêle-mêle sa déclamation de poèmes. “Ma grand-mère disait: tout vrai poète est un poémien. Ma grand-mère disait qu’il faut écrire des poèmes qui ne soient pas des poèmes. La poésie aime cela. Ma grand-mère disait que pour lire un poème, il fallait refermer le livre sur lequel il était écrit.”

Et c’est précisément ce que ce maitre de la poésie d’action a fait ce matin à Brive en jetant des mots en l’air, mots attrapés au vol par le petit groupe de personnes suivant la déambulation ainsi que par des passants, surpris de cette étrange animation qui a suscité l’émotion et déclenché de beaux éclats de rires.

Organisée à l’issue de la remise du prix Mallarmé et dans le cadre de la 38e Foire du livre de Brive, cette manifestation insolite a été initiée cette année au même titre que “La poésie fait son théâtre” programmée vendredi soir au Théâtre de la grange.

Une manière de célébrer la poésie, de rappeler qu’elle a sa place à la Foire du livre et qu’elle s’adresse à tous. Vraiment?
“La poésie sert à tout”, confirme Serge Pey, esprit libre, poétique et loufoque. “Mais elle sert surtout à aimer. Elle est au fondement de l’amour.”
Une belle déclaration à un genre enserré dans un mode mineur mais qui aura pu ce matin parler tout haut et avec le cœur.

Infos sur foiredulivredebrive.net.

Sur la Foire du livre, vous pouvez consulter nos précédents articles:

Jennifer BRESSAN, Photos : Diarmid COURREGES

Jennifer BRESSAN, Photos : Diarmid COURREGES

1 commentaire

Laisser un commentaire