L'actualité en continu du pays de Brive


Le choix des trois

Trois jeunes romancières, trois petites maisons d’éditions, trois romans de la rentrée littéraire dont la présidente Delphine de Vigan a fait ses trois coups de cœur parce qu’elles ont “chacune une langue et une façon de s’affranchir des codes”.

Elles ont chacune leur liberté de trouver leur propre chemin dans les mots. Et un art partagé de l’ironie, ne serait-ce que dans le titre de leur roman respectif. Il y a Douce de Sylvia Rozelier aux éditions Le Passage. D’une écriture sensorielle, l’auteure raconte une histoire qui n’a rien de tendre et qui pose finalement la question: jusqu’où peut on aller par amour? Il l’appelle “Douce” mais à aucun moment il ne lui rend la vie douce, à aucun moment elle ne le quitte pour enfin obtenir un peu de douceur. Le roman parle de cette dépendance qui peut s’installer dans un amour impossible.

Même ironie dans le titre du roman d’Adeline Dieudonné, La Vraie Vie chez L’Iconoclaste. Cette jeune dramaturge et nouvelliste signe là son premier roman. Une des révélations de la rentrée. Ce roman phénomène a déjà été couronné par le Prix première plume, le Prix du roman Fnac 2018 et le Prix Filigranes. Le moins que l’on puisse dire est que la vraie vie qu’elle nous conte n’a rien de la vie rêvée. Ça commence comme une méchante blague de Stephen King: la jeune héroïne partage sa vie entre son amour de petit frère, son tyran de père et son amibe de mère. Une enfance déjà nimbée de peurs, de violences si ce n’est parfois le doux réconfort de l’heure de La Valse des fleurs, le carillon du marchand de glaces…

Sophie Divry que Brive a déjà accueilli en résidence d’écriture en 2013, signe Trois fois la fin du monde chez Noir sur Blanc. Complètement différent de ses précédents romans, l’auteure de La condition pavillonnaire explore un monde en voie de déshumanisation, l’histoire revisitée d’un Robinson Crusoé avec une parabole moderne sur la solitude et la liberté tout autant qu’une ode à la nature. Trois auteures et c’est loin d’être trois fois rien.

Infos sur foiredulivredebrive.net.

Sur ce sujet, vous pouvez consulter nos précédents articles:

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire