L'actualité en continu du pays de Brive


Foire du livre: une nuit Stephen King

Fantastique ! Préparez-vous à frissonner samedi 10 novembre au Rex. Dans le cadre de sa présidence, Delphine de Vigan a choisi de mettre à l’honneur le roi de l’horreur et de l’épouvante: Stephen King.

Non, il ne sera pas là et c’est bien dommage, mais son esprit va hanter la salle de cinéma. Prononcer son nom ouvre aussitôt une boîte d’épouvante d’où surgissent pèle mêle les titres de romans, avec autant d’adaptations cinématographiques, qui ont terrifier des générations: Carrie, Shining, Simetierre, Ça, Misery… Mythe vivant de la littérature américaine, Stephen King règne en maître incontesté sur le genre dont il a même redéfini les codes. Et pour cause, il a écrit plus de 50 livres et autant de best-sellers. La deuxième soirée de la Foire du livre de Brive, samedi, lui est entièrement consacrée au Rex. Aux antipodes de la précédente pour laquelle la présidente a choisi de bercer le public avec la musique des mots d’Arthur H (lire notre présentation ici).

Cette soirée Stephen King s’ouvrira dès 20h30 par une rencontre qui réunira aux côtés de Delphine de Vigan, deux auteurs inspirés par Stephen King: Jérémy Fel qui publie Helena (Rivages) et Karim Friha, présent sur la Foire avec le dernier volet de sa trilogie La Flamme et l’orage (Gallimard BD). Entrée libre. Deux histoires que ne pourraient pas renier le maître du genre. La première, le roman Helena, est un pavé de 700 pages qui vous emporte dans une atmosphère glauque traversée par des personnages névrosés. Au fin fond du Kansas, une pin-up croise un psychopathe, ce qui donne un conte sanglant et réjouissant vivifié par les clichés d’une Amérique de cinéma. La seconde est une BD pour les 12-15 ans qui suit trois jeunes gens dans un monde où le pouvoir est au moins d’une secte impitoyable et terrifiante.

À l’issue de cette table-ronde, la présidente proposera une lecture de différents extraits des livres de Stephen King. Une projection d’un film adapté d’un de ses romans clôturera à 22h30 la soirée: Carrie au bal du diable, sorti en 1976. Le film culte de Brian De Palma sera présenté par Delphine de Vigan et Romain Grosjean, directeur et programmateur du Rex (séance aux tarifs habituels). Adapté du premier best-seller de Stephen King, ce film d’horreur parapsychologique raconte l’histoire d’une adolescente, Carrie, dont le rôle a révélé une actrice étonnante Sissy Spacek. Une pauvre Carrie, petite souris martyrisée par sa cinglée de mère, monstre puritain, également tourmentée par ses camarades, hyènes permanentées, et qui finit par être victime d’une farce atroce avec la complicité d’un faux prétendant bellâtre… Sauf que la petite souris est dotée d’étranges pouvoirs et va finir par vomir l’enfer dans une violence spectaculaire. Brian De Palma déploie une mise en scène majestueuse, terriblement belle et précise, pour assembler à la fois un superbe portrait de l’adolescence et un cauchemar aux frontières du réel. Ce qui explique que Carrie au bal du diable soit toujours 40 ans après un film si précieux. Sans compter la musique envoutante de Pino Donaggio. Le film a d’ailleurs obtenu en 1977 le Grand Prix du film fantastique d’Avoriaz et mention spéciale pour Sissy Spacek qui aussi reçu l’Awards de la meilleure actrice.

Et si après tout cela, il vous reste encore des nerfs en bon état, vous pouvez prolonger cette plongée nocturne dans l’horreur en relisant Anatomie de l’horreur que vient de rééditer Albin Michel dans une version revue et enrichie de deux préfaces inédites de Stephen King: “Nous nous réfugions dans des terreurs pour de faux afin d’éviter que les vraies nous terrassent, nous gèlent sur place et nous empêchent de mener notre vie quotidienne”. On le connaissait effroyable. Dans cet essai culte couronné par de nombreux prix (Prix Hugo, Locus et Grand prix de l’imaginaire), on y découvre son humour, ses premières terreurs, ses idoles. Fascinant!

Infos sur foiredulivredebrive.net.

Sur ce sujet, vous pouvez consulter nos précédents articles:

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire