L'actualité en continu du pays de Brive


Dessine-moi un calligramme pour la Foire du livre

Des 6e du collège Rollinat ont entamé ce matin une création de calligrammes sur la paix qui seront exposés pendant la Foire du livre de Brive les 9, 10 et 11 novembre. Et ils sont très enthousiastes.

Le calligramme, c’est cette forme originale de poésie où lettres et mots forment un dessin en rapport avec le texte. “Une synthèse des arts” pour Guillaume Apollinaire qui inventa le mot en contractant calligraphie et idéogramme. C’est sur ses pas que se sont engouffrés ce matin les 29 élèves en 6e C du collège Rollinat. L’atelier est organisé par la Ville dans le cadre de la programmation jeunesse de la Foire du livre. En 3 copieuses séances de 3 heures, Aurélie Lequeux, plasticienne, illustratrice, graphiste et animatrice va amener les élèves à créer chacun leur calligramme. Thème donné: la paix, en écho avec le label Centenaire 14-18 dont bénéficie la manifestation.

“C’est plutôt bien qu’on fasse des choses sur la paix, c’est mieux que d’entendre tout le temps parler de la guerre, c’est plus beau et ça fait participer tout le monde, c’est ça aussi la paix”, réfléchit un des collégiens.

“On va essayer de trouver des mots autour la paix. Dites tout ce qui vous vient à l’esprit, lorsqu’on fait des recherches on a droit de se tromper”, invite Aurélie Lequeux, rompue à ce genre d’exercice. Alors les mots sont timidement lancés puis s’envolent de tous côtés: fête, joie, liberté, amitié, colombe, vie, armistice, naissance, traité de Paris , vivre ensemble, rameau d’olivier, Europe, naissance, pardonner… Il y en a vite tout le tableau.

“Ils sont vraiment très attentifs et actifs, c’est formidable”, se réjouit leur professeur de français Marie-Pierre Mondette. “Cet atelier leur permet de travailler autrement dans un programme de plus en plus chargé et qui les sollicite énormément.” Mots, idées, images fleurissent de place en place pour labourer un champ lexical commun. “Nous allons aussi y associer les émotions. Ce sont eux qui fournissent la matière première. C’est un peu comme un puzzle que l’on construit, chacun prendra ensuite sa pièce pour créer son calligramme”, explique l’animatrice. “La première séance est très intense et les deux suivantes très créatives.” La plasticienne a déjà prévu d’apporter des grandes feuilles de papier Canson. “Elles seront carrées afin qu’aucun sens ne soit imposé, ça les libère. Ils auront juste crayon à papier, gomme. Avoir peu de matériel permet de se focaliser sur la création.” Toutes leurs œuvres seront exposées pendant la Foire du livre dans une salle du théâtre. Ça les motive énormément. Ils avouent même en être très fiers.

 

 

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Laisser un commentaire