L'actualité en continu du pays de Brive


Le Goncourt et le Renaudot seront aussi à Brive

La Foire du livre de Brive accueillera donc tous les lauréats des grands prix littéraires d’automne. Le Goncourt a été décerné ce midi au grand favori, Mohamed Mbougar Sarr, pour La plus secrète mémoire des hommes, et le Renaudot dans la foulée à Amélie Nothomb pour Premier sang. Tous deux étaient déjà annoncés dans la liste des auteurs. Deux rendez-vous à noter: samedi 6 à 12h avec le Renaudot et dimanche 7 novembre à 16h, à la Table des Goncourt.

Le jeune écrivain d’origine sénégalaise et la romancière belge décrochent donc les deux récompenses les plus prestigieuses de l’automne. Que le Goncourt soit bien présent à Brive, on ne pouvait en attendre moins de la part du président de l’Académie qui le décerne, Didier Decoin, également président de cette 39e édition de la Foire du livre.

« On aura tous les prix », jubile François David. La semaine dernière, le commissaire général de la Foire avait pu rencontrer le futur Goncourt. « Il a un abord très accessible, c’est quelqu’un de très chaleureux, d’une grande classe« , apprécie François David. « Il signe un livre étonnant, profond, déroutant. À partir d’une biographie, il pose des questions fondamentales sur la littérature, c’est rare pour quelqu’un de 30 ans. »

Si le Goncourt revient au grand favori, cette attribution n’en secoue pas moins le Landerneau littéraire. Mohamed Mbougar Sarr, déjà auteur de quatre livres, est le premier écrivain d’Afrique subsaharienne à être consacré par le plus prestigieux des prix littéraires, promis à des tirages exceptionnels, mais aussi le plus jeune lauréat depuis Patrick Grainville en 1976. Cette attribution brise aussi la joute entre éditeurs puissants habitués aux récompenses puisque le livre couronné est édité par un indépendant, les éditions Philippe Rey, une maison qui porte le nom de celui qui l’a fondée et la dirige encore.

La Plus Secrète Mémoire des hommes est un récit qui revient sur l’histoire de l’écrivain malien Yambo Ouologuem, premier auteur africain de langue française à recevoir, en 1968, le Prix Renaudot pour Le Devoir de violence. Quelques années plus tard, il est accusé de plagiat, disparaît de la vie publique au point qu’on le croit mort. Vraiment décédé en 2017, il n’est jamais revenu sur cette gloire fugace autant que fragile. Le livre s’inspire librement de ce destin aussi fascinant que mystérieux.

© Diarmid Courrèges

Le Goncourt aussitôt annoncé au restaurant Drouant, le Renaudot a également dévoilé à son tour sa lauréate. Cela faisait plus d’une décennie qu’on chuchotait son nom pour les prix Goncourt et Renaudot. Encore l’année dernière, l’auteure aux 1000 chapeaux faisait figure de favorite dans le dernier carré du Goncourt. L’autrice prolixe de best-sellers se voit enfin auréolée. Dans ce trente-deuxième roman, Premier sang, Amélie Nothomb raconte l’histoire de son père, l’ambassadeur Patrick Nothomb, décédé en mars 2020. Un roman en forme d’autobiographie fictive dans la quelle l’écrivaine fait parler son père à la première personne. Un récit sensible sur la difficulté de faire son deuil.

Leurs rendez-vous sur la Foire du livre de Brive:

  • Premier sang, avec Amélie Noyhomb, samedi 6 novembre à 12h au Forum Alain Gazeau
  • À la table des Goncourt, avec Didier Decoin et Mohamed Mbougar Sarr, dimanche 7 novembre à 16h, Forum Alain Gazeau

Vous pouvez consulter le programme et la liste des auteurs annoncés sur foiredulivredebrive.net.

Sur ce sujet, vous pouvez consulter nos précédents articles:

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire

2 × 4 =