L'actualité en continu du pays de Brive


Une pelouse qui tient bon pour une équipe qui gagne

Brive-Bayonne : le premier match de la saison a été remporté haut la main par le CAB (42 à 23). La pelouse quant à elle a  tenu bon malgré un champignon nommé Pythium

La pelouse a en effet subi ces derniers jours le développement d’un champignon nommé Pythium. Qu’on se rassure : plus impressionnant que dommageable, ce champignon n’a pas remis en question la performance du gazon hybride hier soir. Les mêlées ont bien tenues face à l’intensité du match et du rythme mis par les Brivistes. Le greenkeeper sur site (c’est ainsi que l’on nomme l’intendant au terrain chargé d’en préserver l’état et la qualité) nous a indiqué que La pourriture apparaît souvent avec des températures élevées couplées aux précipitations. Pas de doute les équipes auront besoin de quelques semaines pour retrouver le billard de l’avant COVID en apportant tous les soins nécessaires au gazon.

Les soins doivent se concentrer sur un niveau de tonte constant mais pratiquement quotidien. Un griffage des zones les plus touchées avec évacuation des déchets. Un arrosage mesuré. Une fertilisation adaptée en diminuant l’azote ammoniacal et passage de fongicide mesuré.

Un point technique se fait deux fois par semaine  entre les équipes dédiées sur place et une entreprise consultante extérieure.

Il est à noter que la maladie peut se propager via les chaussures, et il est envisagé qu’il faille être plus strict sur le passage des personnes sur le terrain à l’avenir…

À lire également sur le même sujet :

> Au Stadium, la nouvelle pelouse hybride prend forme (03/07/2019)

> Quelle pelouse pour le Stadium ? (14/02/2019)

brivemag.fr

brivemag.fr

2 commentaires

  •    Répondre

    Bonjour, moi je suis moins optimiste que vous la pelouse du stadium ne va pas s’améliorer. Dire qu’il y a tant de stades en Angleterre avec des gazons magnifiques soumis au même traitement que le stadium. Il existe des gazons vieux comme le monde qui ne craignent rien pourquoi se compliquer la vie. C’est bien Français.

  •    Répondre

    Bonjour, autre point qui m’a fait rire mais qui est grave c’est le fait qu’une personne vous ai dit que la propagation pouvait se faire par les chaussures et d’une absurdité sans nom, vous n’avez qu’à passer les chaussures des joueurs et du personnel d’entretien au gel hydro alcoolique c’est l’époque. Je rêve à lire de tels propos sans fondements.

Laisser un commentaire