L'actualité en continu du pays de Brive


Brive Sikasso : un jumelage main dans la main

Une délégation de l’association Brive-Sikasso revient du Mali où elle a fait le point des besoins avec son homologue Teriya. Un jumelage qui puise sa force dans une fraternité concrète et un respect mutuel entretenus depuis près de 40 ans.

“Si tu veux aller vite, marche seul. Mais si tu veux aller loin, marchons ensemble“, dit le proverbe africain. Telle est la philosophie qui anime ce jumelage coopération depuis sa création en 1982. De ce continent-ci, œuvre l’association Brive-Sikasso, conventionnée avec la Ville pour mettre en place des actions concrètes. De l’autre, son pendant Teriya (“amitié” en langue bambara) liée également avec la municipalité en place. C’est sur cette organisation concertée que le jumelage a gagné sa légitimité en répondant aux réels besoins et en accompagnant le développement de la deuxième plus grande ville du Mali.

“Sikasso se métamorphose”, a constaté le président Michel Blancher. “La construction de la 2 fois 2 voies progresse et va désengorger la ville. On a vu de nouveaux aménagements urbains, de nouvelles infrastructures, financés par la Banque mondiale ou l’Union européenne… Il y a aussi beaucoup de projets au niveau des écoles: 67 classes ont été construites en 2 ans… On sent une nouvelle impulsion.”

Sur place, la délégation a pu aussi faire le point sur les différents dossiers, avant l’arrivée quelque peu tardive et donc très attendue du conteneur expédié en fin d’année dernière (lire notre article en cliquant ici). Les Brivistes avait apporté dans ses bagages l’exposition réalisée par l’école Henri Sautet sur les droits humains, thème qui a également servi de trame à l’école Médine C dans le cadre d’un échange. En matière d’éducation justement, “une étude est en cours afin de reconstituer la bibliothèque de l’école AB à l’horizon 2020-2021. “Son emplacement est très central et elle sera ouverte aux élèves et aux enseignants de toutes les écoles”, explique le président. Il est aussi question de mettre en place des formations professionnelles à l’école des déficients auditifs.

Dans le registre de la santé, le point fort de cette mission, avec l’appui d’ailleurs de l’association briviste Gynécologie sans frontières du docteur Rosenthal, aura été de réunir autour de la table en mairie tous les acteurs à même de pouvoir réduire la mortalité maternelle et néonatale. “C’est un problème majeur qui tient pour beaucoup aux retards pris à tous les échelons de décision. Cette réunion marque une avancée et nous sommes contents d’avoir appris qu’une seconde s’est tenue depuis notre départ. Il y a une vraie prise en compte”, se réjouit Michel Blancher. C’est aussi un axe fort de la coopération entre les deux hôpitaux de Brive et Sikasso, au même titre que l’organisation du bloc opératoire et la prévention des malades chroniques. Les deux établissements qui connaissent un changement de direction n’en poursuivent pas moins leur collaboration. “Le docteur Aboucou Dolo, néphrologue, est actuellement en stage d’observation et de perfectionnement à Brive. Notre objectif serait qu’un médecin ou un technicien briviste se rende à Sikasso.” Le personnel des onze CSCom (dispensaires) devraient également bénéficier d’un programme de formation en matière de prévention du VIH et des maladies chroniques. “Le jumelage va également financer une nouvelle tournée du Théâtre forum avec 23 représentations pour inciter justement la population à fréquenter les CScom”, précise Dominique Fournial, chargée au sein de l’association de ce domaine santé.

Quant à l’orphelinat Capema qui accueille actuellement 39 enfants, la réflexion se poursuit pour “désengorger ses locaux et surtout travailler en amont pour prévenir les abandons en proposant entre autres une garde d’enfants pour les mères seules. Il faudrait aussi prévoir une extension pour continuer d’héberger les plus grands qui au-delà de 5 ans ne sont plus adoptables et leur assurer un avenir professionnel”.

Au volant économie, la délégation a pu constater que les forages réalisés dans trois villages donnent satisfaction. “C’était une grosse opération d’un montant de 34.000 euros qui a bénéficié du partenariat de l’Agglo de Brive, de la Saur et d’Adour Garonne. Elle a été suivie par une formation d’un comité pour la gestion et la préservation de l’eau”, relate Michel Blancher. Quant aux microcrédits soutenus l’association, “17 prêts sont en cours à travers 3 associations de femmes, l’une en regroupe pas moins de 500. Nous allons augmenter notre garantie afin de favoriser d’autres activités”.

Les deux villes souhaitent également renforcer les échanges entre les services municipaux, notamment financiers. “La mairie de Sikasso a déposé le 15 mars une demande en ce sens au ministère des Affaires étrangères, la réponse est attendue pour le 13 mai.” Les projets ne manquent donc pas, sans oublier la préparation d’un nouveau conteneur qui pourrait être acheminé fin 2020. Le chemin se poursuit donc et “l’amitié est la plus étroite des parentés” (autre proverbe africain).

Si vous souhaitez rencontrer l’association et mieux connaitre ses actions, elle organise comme chaque année une soirée cinéma, jeudi 11 avril à 20h30 au cinéma Rex, avec vente d’artisanat avant et après la projection du film Wallay (aux tarifs habituels). Vous pouvez aussi consulter son nouveau site brive-sikasso.com.

Sur ce sujet, vous pouvez consulter notre précédent article:

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Mot clé

Laisser un commentaire