L'actualité en continu du pays de Brive


Un “noisetier” à la cantine !?

compoSavez-vous comment s’appelle un producteur de noix ? Et non, ce n’est pas “un noisetier” comme le croyaient les enfants de l’école Lucie Aubrac, mais un nuciculteur. Ils en avaient d’ailleurs un sous les yeux, venu leur parler de la noix qui s’était invitée au déjeuner des restaurants scolaires de Brive. Et dans leurs assiettes : de la noix AOC du Périgord en entrée comme en plat principal.

En entrée, salade verte aux gésiers et aux noixIl y a déjà eu la pomme AOC Limousin, le bio, la betterave rouge… aujourd’hui, c’était la noix AOC du Périgord qui a joué la vedette au menu des cantines desservies par la cuisine centrale. Tous les élèves, et tous ceux aussi qui bénéficient du portage à domicile, ont donc pu savourer en entrée une salade verte de gésiers aux noix et, en guise de plat de résistance, une poule au pot accompagnée de sa sauce aux noix.

Poule au pot accompagnée de sa sauce aux noix“On dirait que ça n’a pas de goût”, s’interroge un enfant de CE2 qui en mange pour la première fois. Rien que d’y penser, une moue de dégoût redessine sa bouille d’ange. “C’est meilleur que d’habitude”, relève son voisin en CM1. “Moi, j’adore la noix toute seule ou avec du pain, mais pas comme ça”, affirme son camarade. “C’est trop bon”, conclut un autre. Vous l’aurez compris, cet extra ne les aura pas laissé indifférents.Et c’est le but de cette action d’éducation à la diversité alimentaire baptisée “du champ à l’assiette”.

Le nuciculteur Alain Pouquet répond aux questions des élèves de  Lucie Aubrac à RivetPleinement rassasiés, les enfants ont même eu des explications sur ce produit riche en omega 3 et 6 (vous savez, ceux qui luttent contre le mauvais cholestérol). Des informations savamment données par un producteur de Dordogne, Alain Pouquet. L’homme de métier a dû ensuite répondre à un feu d’artifice de questions : pourquoi la noix est sèche? elle tombe quand? comment on fait pour avoir un noyer? ça pousse où? comment ça se ramasse?… Le nuciculteur a aussi expliqué comment reconnaître une bonne noix : tout simplement, grâce à son signe d’appellation d’origine contrôlée.

“Nous  avons également profité de ce menu pour leur servir des ingrédients bio, salade, poulet, oignons…”, a précisé Pierre Barbarin, responsable de la cuisine centrale. Un repas qui a d’ailleurs été partagé sur place par Nicole Chaumont et Shamira Kasri, respectivement maire-adjoints aux affaires scolaires et à la politique familiale de la ville, le conseiller municipal Jean-Pierre Nadin et Béatrice Chauffaille de la coopérative Perlim,

Le nuciculteur a captivé les élèves

une noix sur la fourchette

La noix invitée vedette au menu du jour des restaurants scolaires  de Brive


partenaire de l’opération.

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire