L'actualité en continu du pays de Brive


Succession dans la continuité familiale pour le Festival du Saillant

Après la disparition d’Isabelle de Lasteyrie (lire notre précédent article Le Festival de la Vézère pleur sa muse créatrice), c’est sa fille Diane qui prend le témoin à la tête du festival de musique. Son frère Paul assume la vice-présidence. Le programme estival de la 41e édition qui se déroulera du 5 juillet au 16 août, est quant à lui “presque finalisé” et devrait être bientôt présenté.

Il fallait assurément quelqu’un de la même veine pour reprendre le flambeau porté avec passion pendant 40 ans par celle qui avait créé avec son mari ce festival en 1981. Le conseil d’administration qui s’est tenu le 14 janvier dernier, a élu Diane à la présidente et son frère Paul à ses côtés. Le reste du conseil est inchangé. Une succession dans la continuité pour la stabilité de ce festival devenu incontournable en distillant cette notes dans tout le département.

“Diane et Paul sont eux-mêmes très impliqués depuis de nombreuses années dans le Festival de la Vézère”, communique l’équipe du Saillant. “Ils continueront à porter haut la réputation de cet événement musical d’envergure.” Ils seront épaulés par un conseil d’administration et une équipe fidèle aux postes, comme les partenaires.

Diane de Lasteyrie du Saillant avait une vingtaine d’années lorsque ses parents ont fondé le festival. Elle même musicienne (elle a toujours pratiqué le violon). elle s’est dès son plus jeune âge passionnée pour l’univers de la musique classique et est très vite devenue agent artistique, activité professionnelle qu’elle exerce toujours avec beaucoup d’enthousiasme. Ses premiers contacts avec Barbara Hendricks, Laurent Korcia, Teresa Berganza ou encore Marilyn Horne et plus récemment Alexandre Kantorow sont à jamais gravés dans sa mémoire, tout comme les premiers concerts du Festival et plus particulièrement les soirées d’opéra dans la grange du Château du Saillant.

“Depuis plusieurs années, Diane travaillait main dans la main avec sa mère Isabelle, en particulier sur le programme des concerts en adéquation avec les spécificités des lieux, les attentes du public…” Elles ont su ainsi composer entre fidélité aux exigences de qualité de la manifestation et la nécessaire introduction de nouveautés pour faire évoluer évoluer le Festival, l’adapter à l’air du temps et le propulser ainsi au rang des événements culturels incontournables de la Nouvelle-Aquitaine. C’est dans cette lignée que veut s’inscrire la nouvelle présidente: “authenticité, soutien indéfectible et grand respect des artistes pour offrir au public de la région et aux touristes de superbes concerts dans des joyaux du patrimoine corrézien”.

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire

seize − douze =