L'actualité en continu du pays de Brive


Masques et gants jetés dans la rue : de l’incivisme et un réel danger

“Il y en a partout”, se désespère Céline Valls Joubert, responsable de la régie Propreté de la Ville de Brive. Depuis le début du déconfinement, masques et gants usagés se retrouvent jetés à même le sol. Des images choquantes qui se retrouvent relayées par les réseaux sociaux. “C’est de l’incivisme, ça pollue et c’est surtout un danger sanitaire pour la population et pour les agents de nettoiement.”

Certains ne prennent même pas la peine de se débarrasser correctement de leurs masques. Ils jonchent le sol dans le recoin d’une entrée, au pied d’un arbre, à même le trottoir.  “Il y a pourtant des corbeilles partout en ville”, rappelle la responsable, “Ces personnes ne font même pas l’effort de marcher quelques pas pour se débarrasser de leur masque ou gants usagés dans une poubelle. C’est inadmissible, car au delà de l’aspect pollution qui n’est pas négligeable, ce comportement est potentiellement dangereux et peut propager le virus.”

Nous vous rappelons que l’idéal pour les gants, masques, mouchoirs, est de les enfermer dans un sac plastique et de jeter ce sac au bout de 24 heures. En faisant cela, on prend soin de tout le monde. “Au moins qu’ils évitent de les jeter par terre et les mettent dans une des corbeilles”, insiste la responsable.

Toutes les équipes de la régie propreté ont repris leur fonctionnement habituel la semaine dernière et elles ont fort à faire, même si elles n’ont jamais cessé de maintenir par roulement pendant le confinement la salubrité à travers la ville (lire notre article Une nécessaire mission de propreté et de salubrité). Malheureusement, les agents de la propreté sont en première ligne pour constater l’incivisme de leur concitoyens. Le confinement n’a rien arrangé. Certains ont profité des rues vides pour laisser aller leur mauvais comportement. “On constate la même chose pour les déjections canines”, déplore Céline Valls Joubert.

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

1 commentaire

  •    Répondre

    Je confirme et sans parler des sacs poubelles déposés n importe où notamment dans l impasse de la passerelle et sans parler des déjections canine que l on se permet de ne plus ramasser
    À voir impasse de la passerelle

Laisser un commentaire