L'actualité en continu du pays de Brive


Une necéssaire mission de propreté et de salubrité

Regardez bien la photo. On pourrait croire qu’avec le confinement, les corbeilles de rues soient moins pleines, que les habitants respectent les consignes de collectes des ordures ménagères, gardent chez eux leurs poubelles jaunes… Pas vraiment ! Et les agents de la régie propreté urbaine se relaient pour maintenir la ville propre et salubre.

“L’activité est forcément réduite, du fait du confinement, avec moins de présence dans les rues, de commerces ouverts, donc normalement moins de saleté, mais il y a toujours des missions prioritaires à remplir pour la préservation de la salubrité sur l’espace public”, explique Céline Valls Joubert, responsable de la régie. “Nous avons suspendu le balayage des rues et nous nous concentrons sur les collectes de corbeilles et le ramassage des dépôts sauvages. Il y a malheureusement toujours des gens qui font preuve d’incivilité. “Il faut éviter de générer un problème supplémentaire avec l’apparition de nuisibles comme par exemple les rats. En ce qui concerne le nettoyage des rues, pour l’instant il n’y a pas de réel nécessité, et nous l’effectuerons en fonction du besoin.”

Le service s’est réorganisé pour intégrer les contingences réglementaires face au Covid 19. Le service compte 47 agents. “Il faut aussi les préserver et éviter de les exposer. Ils travaillent par roulement, en équipe de 5 à 8 en fonction des missions. Même chose avec les 3 chefs d’équipes. Nous avons déroulé un planning avec des tours de rôle de façon à ce que chacun n’intervienne pas plus de deux fois par semaine.”

“Il a fallu aussi tenir compte bien sûr des mesures barrières. “Chaque véhicule est équipé de gel hydroalcoolique. Il est systématiquement désinfecté avant et après utilisation sur tous ses points de contact, poignées, levier de vitesse, volant, tableau de bord…” Les agents portaient déjà habituellement des gants, ils ont été dotés en masques et gants chirurgicaux. Ceux qui nettoient les toilettes publiques sont équipés d’une combinaison de protection.

“Nous avons également adapté les horaires. Habituellement, nous travaillons de 4h45 à 19h du lundi au samedi, 6 jours sur 7. Avec le confinement, nous attaquons désormais à 8h jusqu’à ce que le travail soit terminé, en général vers 13h, plutôt 15h les jours de marchés. Quant à la collecte des corbeilles nous l’effectuons une fois tous les deux jours.”

Et quelle n’a pas été sa surprise de constater lundi matin, après un week-end de confinement, que les corbeilles étaient bien pleines. “Nous avons également collecté 170 sacs d’ordures sauvages !“, s’étonne-t-elle encore. “Il y a aussi ceux qui persistent à sortir leurs sacs jaunes alors qu’ils faut les garder chez soi car toute la chaine de tri est interrompue. Bien sûr, lorsque les équipes en voit sur leur passage, elles les ramassent pour éviter d’attirer des nuisibles.” Et c’est sans compter aussi sur un problème croissant de déjections canines qui parsèment de plus en plus les rues, “emballées” ou non dans leurs sacs…

 

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

1 commentaire

  •    Répondre

    Bonjour Mme Mansouret je suis a la recherche d’un emploi depuis presque deux ans je suis très intéressé de rejoindre vos équipes afin d alegé vos ouvriers sur le terrain cordialement madame au plaisir de vous relire

Laisser un commentaire