L'actualité en continu du pays de Brive


L’expo Spirou prolongée jusqu’au 27 avril

Plus de 6.000 visiteurs en 2023 au musée Michelet. C’est du jamais. Devant un tel succès, l’exposition “Spirou par Émile Bravo” qui devait s’arrêter vendredi dernier 27 janvier, est prolongée de trois mois. Dernière chance pour l’admirer et l’entrée est libre et gratuite.

Depuis sa création en 1976, le musée Michelet n’avait jamais enregistré une telle fréquentation. Un succès dû, pour son directeur Thierry Pradel, certes à l’exposition en cours, mais aussi au “travail de toute l’équipe pour dynamiser le musée”. Car loin d’être figé dans sa période de prédilection, la Seconde Guerre mondiale, le musée s’est en effet bien dépoussiéré ces dernières années pour embrasser les thématiques de manière plus originale. D’abord, ses murs se sont rajeunis:. rafraichissement des peintures, du plancher et de l’éclairage, aménagement d’une salle de médiation pour accueillir scolaires et groupes, extension de la bibliothèque pour la consultation d’archives…

Un nouveau souffle qui s’est traduit aussi dans des propositions marquantes avec des approches différentes afin d’attirer un public plus large, notamment les jeunes: comme l’exposition autour de la série d’albums “Les Enfants de la Résistance” signée de Benoît Ers et Vincent Dugomier (aux éditions Le Lombard), celle photographique de l’artiste burkinabé Warren Saré sur “Les Invisibles, ces tirailleurs dits sénégalais, celle encore sur l’engagement d’Adolfo Kaminsky “Faussaire et Photographe” des combats de tous les temps.  Des expositions qui permettent de mettre en valeur les collections du musée et qui sont désormais systématiquement accompagnées d’animations, concours, visites guidées et ateliers… “Nous voulons ainsi ouvrir le musée, transmettre cette mémoire, en faire un lieu où l’on peut découvrir et réfléchir“, explique le directeur.

La prochaine exposition en préparation empruntera également un nouvel angle. Intitulée “Anna Garcin-Mayade, l’art contre l’oubli”, elle vous fera découvrir cette peintre, résistante et déportée, surtout connue pour ses œuvres sur l’univers concentrationnaire. On sait moins que celle qui fut élève de Renoir, a été professeur de dessin à Brive. Elle devrait ouvrir le 21 mai prochain à l’occasion de la Nuit européenne des musées. Et vous pouvez encore y contribuer car le musée est à la recherche d’œuvre de l’artiste, des documents ou témoignages. Plus d’infos en consultant notre article Le musée Michelet a besoin de vous pour monter une expo. Contact au 05.55.74.06.08 ou à museemichelet@brive.fr.

En attendant, vous pouvez donc profiter un trimestre supplémentaire de l’exposition qui aurait dû s’achever vendredi dernier, portée par cette belle affiche. Le bruit des bottes, celle de l’occupation allemande, résonne avec cette puissante exposition de 25 planches originales du Spirou d’Émile Bravo. L’intitulé exact de l’exposition est “Spirou par Émile Bravo. Une enfance sous l’occupation”. Si le personnage emblématique de la BD franco-belge est né en 1938 sous le pinceau de Rob-Vel, Émile Bravo a su donner en 2008 au célèbre groom une enfance très réaliste pendant la Seconde Guerre mondiale dans une série de quatre albums retraçant le quotidien entre horreur et lutte. « L’héroïsme, c’est d’abord de rester en vie », résume le dessinateur. L’exposition a été conçue à l’origine par le Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation de Lyon. Documents et figurines complètent les planches dans un beau travail commun réalisé par le musée en partenariat avec le dessinateur, les éditions Dupuis et la librairie Bulles de papier. Les services techniques de la Ville ont même recréé des éléments scénographiques.

Spirou par Émile Bravo. Une enfance sous l’occupation. Musée Michelet, 4 rue Champanatier. Ouvert du lundi au samedi de 13h à 18h. Jusqu’au 27 avril 2024. Infos au 05.55.74.06.08.

 

 

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire

cinq × un =