L'actualité en continu du pays de Brive


Les premiers dons des Brivistes pour les réfugiés ukrainiens sont en route

 

C’est un premier camion, il y en aura d’autres au vu de tous les dons accumulés. Et nous allons étendre la collecte aux autres communes de l’Agglo”, a déclaré le mairie Frédéric Soulier devant la salle du Pont du Buy. Acheminés cet après-midi vers la plateforme des Pompiers de l’urgence internationale à Limoges, les 100m3 vont être regroupés dans un convoi qui partira demain pour le camp de réfugiés de Palanca en Moldavie, où les attendent sur place des bénévoles des PUI. La collecte continue tous les jours de 10h à 18h. Attention, la liste des besoins a été remaniée et les PUI attendent aussi des dons pécuniaires afin de financer le transport sur le site pompiers-urgence.org.

Il y avait gros attroupement autour du chargement du semi remorque. Tous tenaient à être là et donner de l’ampleur symbolique à ce départ. Bénévoles et représentants des associations caritatives, des chantiers d’insertion, des Scouts de France, de Brive solidarité, du CCAS, simples particuliers… Une affluence révélatrice de la générosité exprimée en quatre jours et qui se traduit par des montagnes de dons minutieusement réparties par nature sur des palettes.

“C’est un vrai élan de solidarité. Un grand merci au monde de la solidarité briviste qui s’est bien organisé”, constatait le mairie entouré de son adjoint à l’action sociale Michel Da Cunha et du conseiller délégué aux relations internationales Alexandre Bonnie. “On va continuer le temps nécessaire”, a-t-il promis devant les palettes qui resteront -sur place. Nous allons aussi étendre la collecte dans ce centre aux autres communes qui le souhaitent. Plusieurs se sont déjà manifestées.”

Cette solidarité des particuliers a été complétée par celle des établissements de santé, hôpital et cliniques, qui ont fait parvenir du matériel de soins de guerre et de pharmacie.

“Tout le matériel sera déchargé à Limoges, dans notre centre logistique, pour être pris en charge par un nouveau transporteur qui l’acheminera à Palanca en Moldavie. Nous avons déjà des équipes qui sont partis sur place et qui se chargeront de la réception”, précise François Rethoret, le représentant corrézien des PUI. Palanca, un camp de réfugiés à côté d’Odessa, qui recensait déjà il y a quatre jours plus de 100.000 personnes… Combien sont-ils aujourd’hui?

“Il faut comprendre que les gens sont partis avec juste ce qu’ils avaient sur eux, c’est à dire avec très peu. Et ils risquent d’y rester un certain temps. Ils ont besoin de tout”, explique son collègue Antoine Terrible. “Il faut continuer à donner mais pour des besoins bien précis.”

Déjà voici ce qu’il ne faut pas ou plus donner: plus de couvertures, jouets, doudous qui sont en nombre plus que suffisant, pas de vêtements ou d’alimentaire déjà approvisionnés sur place par d’autres réseaux.

Voici la liste des besoins en dons demandés par les Pompiers de l’urgence internationale:

  • médicaments non périmés et non ouverts (au risque de déclencher l’immobilisation du camion à la frontière)
  • produits pharmaceutiques
  • matériel pédiatrique
  • matériel gériatrique
  • matériel de premier secours (thermomètre, pince à épiler, compresses, pansements, désinfectant…)
  • couverture de survie
  • lampes torches avec piles ou à dynamo
  • groupe électrogène
  • duvets et sacs de couchage
  • lits de camps
  • lait en poudre pour bébés
  • produits d’hygiène de base (savon, brosse à dents, lingettes nettoyantes, cotons…)
  • protections hygiéniques du nourrisson au senior (couches, serviettes hygiéniques, tampons, protections anti-fuite…)

“Respectez cette liste. “Le principe du don, ce n’est pas de se débarrasser de ce que l’on a à la maison. Il faut donner ce que l’on pourrait soi-même utiliser”, rappelle le maire. Et d’ajouter: “La Ville va accorder une subvention de 40000 euros, équivalent à l’acheminement de ce premier convoi. On espère faire de même avec l’Agglo.” Les Pompiers de l’urgence internationale en profitent d’ailleurs pour réitérer leur appel aux dons afin de financer le transport des collectes. Vous pouvez donner sur leur site pompiers-urgence.org.

 

Sur ce sujet, vous pouvez consulter nos précédents articles:

 

 

 

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Fatima Kaabouch

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Fatima Kaabouch

Laisser un commentaire

neuf − un =