L'actualité en continu du pays de Brive


Le marché, c’est du gâteau avec Mélanie Boxberger

intro biscuits

Elle fait elle-même cannelés, meringues, sablés et autres cookies qu’elle vend tous les mardis sur le marché Thiers. De savoureux gâteaux confectionnés avec des matières choisies qu’elle prépare à la maison ou cuisine sur son banc. Pas facile de résister à l’odeur alléchante pendant la cuisson…

 

plaque de biscuit sortant du fourNe vous fiez pas à sa silhouette de sylphide. La brunette ne s’en laisse pas conter devant une pâtisserie et adore succomber à sa gourmandise. Ceci explique surement cela. Il faut dire que cette enthousiaste trentenaire qui habite Perpezac-le-Noir, s’est trouvée à bonne école avec une maman passée maître dans l’art des desserts. “C’est une passionnée, moi j’adore les manger.” C’est d’ailleurs elle que Mélanie Boxberger a d’abord poussée à faire les marchés.

les trois marchandesTout à commencé avec la mignardise bordelaise. Depuis septembre dernier, “Aux cannelés de Juliette“, l’étal de sa maman, agrémente ainsi la Guierle les mardis, jeudis et samedis comme le marché du dimanche à Malemort. “En retour, elle m’a formée. Je ne pensais pas en être capable.” Voilà comment quelque temps plus tard, Mélanie a elle aussi installé son petit banc du mardi place de Lattre de Tassigny, juste à côté de celui de Huei-Ya Chang (lire notre article Une cuisine chinoise du marché) et de Lucie Landes-Molina, productrice de fromages et yaourts de chèvres, avec lesquelles elle est très vite devenue complice. Un trio féminin très souriant.

biscuits avant cuissons“Je suis également au marché de Tulle, je fournis La Ruche qui dit oui à Saint-Germain-les-Vergnes et à Troche et j’ai aussi des boulangers qui m’en prennent car c’est long et compliqué à faire.” Pour les puristes, Mélanie varie même la cuisson pour obtenir une croute plus ou moins brune tout en gardant l’intérieur moelleux à souhait. “Il faut composer avec la météo, s’il fait plus ou moins humide, ils seront plus ou moins mous”, explique-t-elle experte.

canelesMais attention, mère et fille ont chacune leur identité et leur façon de parfumer les cannelés avec du rhum arrangé ou pas. A chacune aussi son domaine de prédilection. Mélanie n’empiète pas sur les gaufres fines roulées à l’ancienne de sa mère, pas plus que sur les crêpes et tourtous. Et si toutes deux proposent indifféremment meringues, sablés et cookies, chacune à sa méthode. “Pour les sablés et les cookies, je cuis sans moule, ma mère avec.” Ce qui donne évidemment un aspect différent, une autre texture et donc aussi un autre goût.

Surtout, Mélanie cuit sur place sablés et cookies. “Ça m’économise du temps de travail à la maison, ça montre que c’est moi qui les faits, ça m’occupe et comme je n’utilise qu’une plaque, ça sent bon pendant tout le marché.” Imparable pour allécher le chaland.

meringuesLa marchande ambulante a commencé à embaumer la place Thiers avec des sablés tout simples avant d’ajouter des variantes, noix de coco, pépites de chocolat… qu’elle confectionne avec de la farine de blé ou de riz. “Je cuisine avec du beurre d’Isigny et je me fournis en œufs chez des producteurs de poules élevées en plein air et nourries sans OGM“, précise la jeune femme qui veille de près aux ingrédients qu’elle utilise.

“J’ai retrouvé les meringues que faisait ma mère, moelleuses à cœur avec un petit goût de vanille”, remercie une cliente qui achète de quoi faire un vacherin. Mélanie entend bien étendre sa gamme. “Je sais que j’aime les nouveautés,” se justifie-t-elle. Sans compter quelques spécialités sur commande, comme les madeleines ou des galettes sans gluten à la courgette et aux épices. “Des clients m’apportent même leurs plats pour que je cuisine dedans”, assure Mélanie. Une belle preuve de succès.

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire