L'actualité en continu du pays de Brive


Le Frappawall attend les frappadingues ce dimanche

Depuis vendredi dernier, l’équipe de la Frappadingue met en place les divers obstacles qui vont égailler l’événement ce week-end autour du lac du Causse. Dont l’impressionnant Frappawall, 6 m de haut…

Installé sur le terrain synthétique qui domine le lac, c’est le dernier obstacle que les participants, copieusement trempés et boueux, auront à franchir ce dimanche 20 mai. Un “mur” qui porte bien son nom. D’un côté, il faudra escalader une bâche tendue pour atteindre une plateforme à 6 mètres de haut. “On pourra grimper soit à l’aide d’un filet, c’est le plus “facile”, soit de cordes à la force des bras”, explique Perrine Hostyn de la Frappadingue. Et n’imaginez pas une fois au sommet que vous aurez vaincu l’élément et pourrez vous reposer sur vos lauriers car, pour redescendre, il vous faudra emprunter de l’autre côté un autre filet. Le tout dans la bonne humeur et la solidarité, “c’est une des valeurs de l’événement”.

“Nous sommes arrivés vendredi avec 2 camions remorques et 40 tonnes de matériel. Il faut 10 jours d’installation. C’est une grosse organsiation.” Le parcours de 12km comprendra une quarantaine d’obstacles en tous genres: passages d’échelles, ponts de singe, filets à grimper ou à ramper, tunnels à franchir, pentes “patinoires”, cochons pendus et autres joyeusetés. C’est donc une autre sorte de challenge qui a donc débuté car il ne sont que 8 pour tout mettre en place, dont les 4 jeunes membres de le petite organisation qui savent manier les outils de communication aussi bien que la clé à cliquet. L’équipe est bien rodée et va tenir en 2018 10 dates réparties dans tout l’hexagone. La petite équipe bénéficie heureusement de l’aide technique des services municipaux pour creuser quelques tranchées bien boueuses. Et le jour J, de quelque 80 bénévoles puisés dans les clubs locaux.

“La Frappadingue est la pionnière des courses à obstacles apparue sur le territoire français”, rappelle Perrine Hostyn. “La mode est venue d’Angleterre et concernait alors des gens très aguerris.” Depuis le genre s’est démocratisé en un joyeux événement que l’on tente en collectif, même si quelques uns s’y adonne en individuel. “La Frappadingue n’est pas une compétition même si chacun est équipé d’une puce, cela permet de connaitre son temps. Nous privilégions la convivialité. Les obstacles sollicitent l’entraide et la solidarité. 90% des gens viennent en équipe et 98% sont déguisés.”

Plus de 800 personnes sont inscrites pour ce premier rendez-vous en Limousin. “C’est moins qu’espéré. Nous ferons des vagues de départs moins importantes, de 80 à 120 personnes, qui s’élanceront toutes les 10 minutes à partir de 9h30.” Vous pouvez encore vous inscrire en ligne jusqu’à jeudi minuit sur frappadingue.net ou sur place à la base nautique samedi de 13h à 19h ainsi que le dimanche avant le premier départ.

À noter samedi à partir de 14h, une Frappajeunes organisée pour les 7 à 12 ans. “C’est l’opportunité de leur faire connaitre l’univers des courses d’obstacles et ses valeurs, les notions d’esprit d’équipe, de solidarité et de dépassement de soi. La Frappajeunes se déroulera sur une partie du parcours emprunté par les adultes. Les jeunes partiront en groupes encadrés par 2 animateurs.” Inscription sur place à partir de 13h30. tarif: 5 euros. Prévoir une tenue de rechange.

Sur ce sujet, vous pouvez consulter notre précédent article:

 

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Laisser un commentaire