L'actualité en continu du pays de Brive


Le 126 repart en Afrique

2Cie-Bangui-1

Rentrée chargée pour le 126e de Brive. Les Bisons sont sur le départ. Une partie du régiment est en plein préparatifs pour partir sur Bangui en République Centrafricaine. Un genre de missions que le régiment d’infanterie connait bien.

colonelLe lieutenant-colonel Ponchin est fort occupé en ce moment. Entre arrivées et départs, il assume le bon fonctionnement d’un régiment largement utilisé par les autorités françaises lors de missions de projections sur des théâtres d’opérations extérieures. Ainsi, ce vendredi, la caserne Laporte accueillera la 3e compagnie qui revient d’une mission de plusieurs mois en Guyane. 150 hommes qui ont, dans des conditions éprouvantes, fait la chasse aux garimpeiros, les chercheurs d’or clandestins. Un séjour “très opérationnel” comme le souligne le chef de corps, “dans laquelle le régiment a pu obtenir de bons résultats“.

Depannage a Bangui-1A peine le temps d’accueillir ces soldats qu’il faudra saluer le départ d’autres hommes. Cette fois, c’est en République Centrafricaine que 200 personnels du 126 partent. Une compagnie de combat, et un état-major que le lieutenant-colonel Ponchin commandera lui-même sur place. Cette opération devrait durer entre 3 et 6 mois et se déroule dans le cadre de la mission EUFOR dont la France est la principale composante du contingent qui comporte également des Espagnols, des Italiens, des Lettons et des Georgiens. Dans 3 mois, EUFOR devrait passer la main à la MINUSCA, sous commandement de l’ONU, qui interviendra à ce moment là.

zone vie_EUFOREn attendant ce passage de témoin, les soldats du 126e auront pour mission la sécurisation de Bangui, la capitale, et notamment celle de l’aéroport et des quartiers limitrophes. Après un récent entrainement de 2 semaines au camp de la Courtine, “les hommes sont prêts”, les premiers partiront dès mardi prochain et le reste du contingent le 22. C’est la 4e compagnie qui s’en va. Elle était déjà au Mali en 2013, c’est donc une force aguerrie même si, selon Guillaume Ponchin, “une mission d’interposition entre différents ennemis est toujours plus délicate que lorsque l’on a un seul adversaire, identifié”.

recoBangui-1Malgré toutes ces missions opérationnelles, le commandant du régiment a tenu ces derniers mois à participer à de nombreuses commémorations des guerres de 14-18 et de 39-45. “C’est un lien mémoriel important, vis-à-vis de la population, mais aussi pour garder notre esprit de corps” insiste t-il. Courseulles sur mer avec les Canadiens le 6 juin dernier, Tulle et Vitry le François le 6 septembre dernier, Vitrac aujourd’hui, Egletons lundi prochain, autant de lieux où le 126 rend hommage à ceux qui sont tombés, et ils sont nombreux. Lors de la 1ere guerre mondiale par exemple, le régiment a eu 2843 tués, c’est 2 fois et demi le nombre de son effectif normal.

 

Sur ce thème, vous pouvez également lire nos précédents articles:

 

Patrick MENEYROL

Patrick MENEYROL

Mot clé

Laisser un commentaire