L'actualité en continu du pays de Brive


Ils ont signé pour l’armée et un métier

Le plus jeune a 17 ans, le plus âgé 29 ans. Ces 14 jeunes ont signé hier leur contrat de volontaire ou d’engagé. Cette séance inédite de signatures rassemblait les trois armes, terre, marine, de l’air et de l’espace, présentes au sein du centre de recrutement Cirfa implanté sur l’emprise de l’ancienne caserne Brune. Portraits en revue avec les photos de Raphaël Josse.

Moment des plus solennels hier au Cirfa de Brive (Centre d’information et de recrutement des forces armées). Sur le toit terrasse de l’immeuble au bord de l’avenue Alsace-Lorraine, les candidats signataires avaient une vue plongeante sur le parc Simone Veil comme sur l’horizon professionnel qui s’ouvrait à eux. Pour l’année qui vient en ce qui concerne les contrats de volontaire ou les 3 à 9 ans à venir pour ceux en contrat d’engagé, l’acquisition d’un métier leur est assurée au sein de la défense. Et leurs métiers, tout comme comme leurs affectations, sont variés.

Hugo, 21 ans, très attiré par tout ce qui est secours, déjà titulaire du BNSSA, a choisi la Sécurité civile: “Je pars en formation au camp de Brignoles et j’aurais la chance d’être déployé contre les feux de forêt en Corse”. Laurine, même âge, bac + 2 tourisme, va devenir hôtesse de l’air: “ça correspond à mon envie de voyager et de servir mon pays”.

Weetney, 29 ans, guidé par son “désir d’aventure”, part comme fusilier parachutiste. Mylène, 19 ans, bac en poche, bénéficie d’un recrutement local pour travailler au Cirfa comme agent d’accueil. Enzo, 17 ans part comme parachutiste au 8e RPIMA de Castres avec “le rêve de devenir tireur d’élite”. Looka, 19 ans, va devenir fantassin au sein du 126e RI à Brive: “j’aime le sport et défendre les gens”. Camille, 19 ans jusque là en formation de magasinier, change de voie pour être conducteur d’engin blindé au 1er RIMA d’Angoulême…

” Cette signature est aboutissement d’un processus de recrutement qui peut prendre entre 3 mois et un an”, explique l’adjudant-chef Jean-Vincent, responsable du Cirfa de Brive. “Ces jeunes sont passés par plusieurs entretiens afin de bien définir le métier correspondant à leur appétence et à leur personnalité. Certes, au sein des armées, nous avons des besoins à combler, il ne s’agit pas pour autant de faire du recrutement à tout prix, mais de trouver le métier qui convienne à la personne et dans lequel elle va pouvoir s’épanouir”, détaille le sous-officier de l’armée de terre.

Cette mission délicate nécessite une solide formation de la part du personnel du Cirfa. D’où aussi ce lien fort qui se tisse entre le jeune et son agent recruteur. “Nous les préparons bien et nous n’allons pas les lâcher après cette signature: nous allons les accompagner, les appeler pendant les six premiers mois. Ils découvrent un autre monde et ont souvent besoin d’être rassurés.”

Si le moment était solennel pour les jeunes, il avait aussi son importance pour le Cirfa. “Habituellement, chaque armée organise sa propre séance de signatures. C’est effectivement la première fois que nous l’accomplissons en même temps”, reconnait l’adjudant Christophe de l’armée de l’air et de l’espace. “Je crois même que c’est une première en France“, précise le responsable du centre. Le Cirfa briviste est déjà précurseur par sa conception. Ici les trois armes travaillent ensemble en partageant le maximum de services en commun (lire notre précédent article Un tout nouveau Cirfa à Brive pour le recrutement des armées). Un atout aussi pour les candidats qui peuvent aussi avoir sur place un aperçu de la palette qui s’offre à lui.

Pour prendre contact :

  • par téléphone au 05.19.31.03.10
  • sur sengager.fr pour l’armée de terre
  • sur etremarin.fr pour la marine
  • sur devenir-aviateur.fr pour l’armée de l’air et de l’espace
  • sur place au 34 bis avenue Alsace-Lorraine, Immeuble 126 Hub de talents  en empruntant l’escalier et non l’ascenseur.

 

 

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire