L'actualité en continu du pays de Brive


"Il faut se lever tôt pour la truffe"

Foire aux truffes1pano

La qualité était au rendez-vous du premier marché contrôlé aux truffes de la saison, installé cette année dans deux chalets sous le préau Brassens. La qualité, mais pas la quantité. Les quelque 2kilos de Mélano se sont arrachés dès l’ouverture du marché à 8h30.

 

Foire aux truffes2“Ce ne sera pas une grande année”, constate Michel Verger, de la Fédération départementale des trufficulteurs de la Corrèze, FDTC. En cause, l’hygrométrie de juillet-août et les faibles pluies de cette période délicate pour le diamant noir. Comme c’est la rareté qui fait le prix, on aurait aussi pu craindre une cours en forte hausse. On nous assure que non. “Pas vraiment, entre 700 et 800 euros le kilo.”

Foire aux truffes3La truffe s’annonce donc cette année comme une “rareté” : “un peu plus de 2 kilos seulement ce matin”, quantifie un contrôleur qui n’en espérait pas tant, “mais d‘une excellente qualité“, précise-t-il, “et qui s’est arrachée”. D’autant que ce marché réglementé mis en place pour normaliser le négoce des “truffes fraîches” (les truffes sont auparavant dument examinées par des contrôleurs de la FDTC agréés par la FFT) offre ainsi un gage indéniable de qualité pour les consommateurs.

Foire aux truffes4Qui plus est la Ville et la Fédération soignent l’emballage en vous présentant vos achats dans des petits sacs estampillés. Ils n’auront connu ce samedi que la Mélano, seule présente en ce jour, mais on peut également y trouver selon l’arrivage de la Brumale ou de l’Uncinatum aussi appelée truffe de Bourgogne.

Toujours est il qu’à l’ouverture du marché après ledit contrôle, la précieuse marchandise a changé de mains en quelques minutes. “Il faut se lever tôt pour la truffe.” Un conseil à ne pas oublier samedi prochain.

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Mot clé

Laisser un commentaire