L'actualité en continu du pays de Brive


Donnez pour le Bison à Brune

Les affiches qui ont fleuri un peu partout en ville vous invitent à financer la statue monumentale d’un bison. Donnez selon vos moyens, 5, 10, 20 euros, plus… mais donnez. Vous pouvez le faire par virement ou CB sur collecticity.fr. Également en numéraire ou par chèque en mairie sur rendez-vous au 05.55.18.18.37. Un don qui, point important, vous ouvre un crédit d’impôt.

La Ville de Brive a en effet lancé une souscription pour financer cette œuvre qui sera implantée dans le quartier Brune, ancienne caserne qui se métamorphose en nouveau quartier. Réalisée par l’artiste briviste Pierre Mouzat, elle rappellera la mémoire du lieu. Le bison est l’emblème du 126e régiment d’infanterie, présent dans notre cité depuis plus d’un siècle et jusqu’à hier encore dans ce qui était la caserne Brune.

L’œuvre en bronze sera mise en place en juin prochain. Elle sera à taille réelle. La « bête » fera 1,80 mètre au garrot sur près de 3 mètres de long. À l’intérieur, une structure en acier inox dont les tiges descendront profondément dans le sol afin de stabiliser cette œuvre monumentale. La première de l’artiste qui s’est attelé à sa réalisation il y a presque six mois. « Au quotidien, je mange, je dors bison », reconnaît l’artiste. « Je suis né à Brive, j’y vis, j’y travaille. Avoir une sculpture ici me touche, particulièrement dans ce parc qui porte le nom de Simone Veil. »

© Sylvain Marchou

Pierre Mouzat a voulu représenter l’animal à l’état brut, pour les valeurs qu’il véhicule et qu’il incarne et qui ont certainement séduit à l’époque les soldats lorsqu’ils l’ont choisi comme insigne du régiment : la force, le courage, la bravoure mais aussi la dissuasion et la paix : « Je l’ai représenté avec les deux pattes avant sur une même ligne pour bien montrer qu’il est paisible, sûr de sa force, mais celles arrière décalées, la queue relevée, signe qu’il est prêt à charger à n’importe quel moment pour défendre son territoire ou les siens. »

Pour Philippe Lescure, maire adjoint à la Culture, “c’est la volonté d’identifier ce site et de le rattacher de manière permanente à son histoire”. En donnant selon ses moyens, chacun, particulier comme entreprise, pourra ainsi s’approprier la force tant culturelle que mémorielle de ce bison. Faire corps derrière son régiment, sa ville, comme son histoire.

Sur ce sujet, vous pouvez consulter notre article

 

 

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Fatima Kaabouch

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Fatima Kaabouch

1 commentaire

Laisser un commentaire

13 − 1 =