L'actualité en continu du pays de Brive


Des “nuggets” de dinde au menu de la rentrée

En ce jour de rentrée, le maire Frédéric Soulier a savouré le même repas servi aux 2.200 écoliers qui déjeunent à la cantine. Au menu : “carottes rappées, cordon de dinde, haricots verts persillés, cantal et tarte aux abricots”.

12h, premier service au restaurant scolaire de l’école élémentaire Roger Gouffault. “On leur donne le fromage dès l’entrée car ils ont faim et on veut éviter qu’ils se gavent de pain.” Les agents d’animation ont leurs astuces pour veiller à l’équilibre alimentaire des enfants. Tout comme la cuisine centrale qui livre son “cordon de dinde” en petits morceaux façon nuggets afin d’appâter les ventres affamés. À chaque table, un agent municipal attitré assure le bon déroulement du repas pris en 45 minutes.

“C’est un moment convivial pour faire passer des messages“, explique Valérie Taurisson, maire adjoint en charge de l’Éducation. “Après une matinée chargée, c’est une pause importante qui permet aux élèves de reprendre des forces. C’est le repas central de la journée. Nous ne les forçons pas à manger, mais ils doivent goûter avant de dire qu’ils n’aiment pas. Le personnel veille à ce qu’ils ne repartent pas le ventre vide, qu’ils se restaurent dans la sérénité et un certain calme, en respectant la nourriture et sans gaspiller.” Dans certaines écoles, les plus grands trient d’ailleurs eux-mêmes leurs déchets. À l’école Henri Sautet, tous les élèves jusqu’aux plus petits contribuent à nourrir le composteur qui alimente outre leur propre potager nombre de jardins alentours. Là aussi, une éducation à la citoyenneté pour demain.

Chaque jour, ils sont ainsi environ 2200 à déjeuner dans l’un des restaurants scolaires de la Ville, encadrés par 220 agents. Des menus équilibrés, visés par une commission avec en son sein une nutritionniste, et qui sont consultables pour toute la semaine sur le site brive.fr (les parents y trouveront même des idées de menu pour équilibrer le repas du soir). Tous les plats sont préparés par la cuisine centrale. “70% de nos achats de matières premières proviennent de fournisseurs locaux, la viande est 100% française et le bœuf est Limousin”, détaille Frédéric Soulier.

Heureux donc les enfants qui déjeunent à la cantine. Non seulement leur sont servis des menus équilibrés, mais ils pourront aussi dans quelques jours bénéficier d’activités du tout nouveau projet éducatif communal mis en place cette rentrée. Le retour à la semaine des 4 jours de classes n’a pas sonné la disparition des ateliers périscolaires, auparavant hebdomadaires. La Ville a décidé de les repositionner sur la pause méridienne. “L’éducation ne s’arrête pas à la sortie de la classe et ces activités sont bénéfiques à l’épanouissement de l’enfant, à sa réussite scolaire et au vivre ensemble“, explique Valérie Taurisson.

Ces ateliers sont gratuits et non obligatoires. Sur leur pause méridienne, les enfants vont ainsi devenir s’ils le veulent des “artistes en herbe”, “pousses de savants”, “graines de citoyen” ou “bien dans leur corps”. Quatre intitulés qui regroupent de multiples activités éducatives ayant trait à la culture, l’environnement, la citoyenneté, le sport, la sécurité, les sciences… Autant de portes ouvertes sur de nouveaux horizons.

 

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire