L'actualité en continu du pays de Brive


Calamity Jane et autres femmes indociles…

L’indomptable Calamity Jane n’hésitait pas dans son Far West à user de sa Winchester. Bien moins connue, Christine de Pizan maniait au Moyen-Âge une plume libre. Il y a aussi ces mamies, vieilles dames cabossées mais non moins facétieuses… C’est une étonnante galerie de portraits qu’expose le centre socioculturel municipal Jacques Cartier, du 5 novembre au 3 décembre, sous l’intitulé « Les Indociles ». Une manière de mettre en lumière le parcours artistiques de l‘illustratrice Claire Gaudriot.

Cela pourrait sonner comme un ricochet de l’exposition du musée Labenche mettant en lumière ses portraits méconnus de femmes (lire notre article Les Femmes sortent de leur réserve). En fait, il s’agit d’une nouvelle carte blanche donnée à un artiste par le centre socioculturel de Tujac. Après Christophe Caron et ses « Musiciens de Brême » en 2018, Pascale Guérin et ses « Jardins secrets » en 2019, Cécile Pouget et sa forêt cousue main reportée par la pandémie en début d’année, voici l’univers d’une illustratrice limougeaude aux multiples facettes.

Après des études à l’École nationale d’arts décoratifs de Limoges, puis aux Beaux-Arts de Rennes, Claire Gaudriot travaille comme graphiste dans une agence de communication, jusqu’à ce que l’illustration, sa passion de toujours, paye enfin. C’est ainsi qu’en 2001 son héroïne Hortense trouve maison d’édition et lecteurs. S’enchaînent une vingtaine d’albums de sa petite fée fétiche. Ce qui ne l’empêche pas de murir d’autres projets illustrant des textes drôles, déjantés et décalés.

Dans cette carte blanche, Claire Gaudriot expose ainsi une sélection d’œuvres picturales correspondant à trois albums ayant comme fil conducteur des portraits de femmes libres. Des héroïnes mal connues ou oubliées de l’histoire, des héroïnes du quotidien… des situations qui peuvent complètement entrer en résonance avec les questionnements toujours actuels sur la place des filles et des femmes dans nos sociétés contemporaines.

Ainsi de son album jeunesse Calamity Jane l’indomptable, dont elle présente les planches originales. En ressort le portrait, au temps de la conquête de l’ouest, d’une femme rebelle bien loin de la caricature véhiculée par les albums de Lucky Luke. Même chose Christine de Pisan, la clairvoyante, plume libre au cœur du Moyen-âge. Auteure, poétesse et philosophe française d’origine vénitienne. Là encore, une femme et un destin (presque) totalement inconnus, mais dont la maigre légende la fait aujourd’hui considérer comme la première femme de lettres de langue française ayant vécu de sa plume.

À l’univers de ces deux albums aux éditions À Pas de Loups, en collaboration avec Anne Loyer pour le texte, s’ajoute la très grande et belle affiche de Violette extraite de l’ouvrage Ma collec de Mamies porté cette fois avec Leïla Brient aux éditions Les Monédières. Il s’agit d’une collection de mamies, mais pas n’importe lesquelles : des mamies puissantes et sensibles, malignes et aimantes. Des vieilles dames un peu cabossées, chacune avec son vécu. D’autres héroïnes de leur quotidien.

En s’appuyant sur cette exposition ouverte à tous, le centre Jacques Cartier va également mettre en place des ateliers et des rencontres à destination des jeunes des établissements scolaires alentours comme des élèves du Centre municipal d’arts plastiques. De quoi amener aussi des enfants parfois éloignés de l’univers du livre à l’aborder sous un autre angle. Comme en écho à la Foire du livre de Brive qui se tient également ce week-end du 5 au 7 novembre. L’univers de Claire Gaudriot est à découvrir également sur son site ici.

« Les Indociles, portraits de femmes libres », du 5 novembre au 3 décembre 2021, au centre socioculturel municipal Jacques Cartier. Entrée libre. Ouvert du lundi, au vendredi de 8h30 à 12h15 et de 13h30 à 18h (mercredi journée continue). Infos au 05.55.86.34.60.

 

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire

dix-neuf − 3 =