L'actualité en continu du pays de Brive


Aujourd’hui, c’était “menu bio” dans les cantines

Les enfants ont rafolé de la salade verte“Salade verte, filet de saumon meunière, carottes Vichy, brie et tarte aux pommes”, que du bio au menu du jour dans les restaurants scolaires. Pour coller à la semaine du développement durable, les enfants des écoles auront eu droit à leur repas bio plus tôt que prévu. Et c’est tant mieux “parce que c’est bien plus meilleur”.

Nicole Chaumont enviste à la cantine de l'école Thérèse SimonetIl est 12h30, le premier service s’achève à l’école Thérèse Simonet. “Le bio, c’est mieux parce que c’est naturel, il n’y a pas de choses ajoutées et ça a meilleur goût”, résume Maëlys, élève en CM2. Acquiescement muet de ses camarades de tablée, en train de savourer leur tarte aux pommes. “J’ai adoré les carottes”, lance entre deux bouchées son voisin. “J’en ai mangé deux fois.”

Le menu bio du jour a remporté un franc succès en maternelle comme en primaire, surtout la salade verte et même si quelques uns ont un peu rechigné à la vue du saumon servi avec sa peau.  “Goûte avant de dire non”, conseillait Nicole Chaumont, adjointe au maire chargé des affaires scolaires, venue assister à ce déjeuner un peu spécial. “Le saumon, ça sent un peu la mer”, hume Paul en CE1. “C’est bon pour la santé et c’est meilleur que les autres fois”, estime son copain Alexandre.

Une carotte en forme de coeur!“Nous préparons un repas bio une fois par mois“, explique Pierre Barbarin, responsable de la cuisine centrale qui alimente les restaurants scolaires de Brive et se charge également de tous les repas à domicile de nos aînés. “Habituellement, ce repas bio se situe plutôt en milieu de mois. Mais, ce mois-ci, on ne pouvait pas faire à moins que de coller avec la semaine du développement durable.” D’ailleurs toutes les écoles de la Communauté agglomération de Brive devaient faire de même.

Repas bio“Un repas bio nous demande une préparation beaucoup plus importante”, remarque Pierre Barbarin. “D’abord parce que, contrairement à d’habitude, nous achetons les produits non préparés. Il nous a fallu enlever toutes les fanes des carottes, couper le fromage en portions individuelles… En plus, par définition, les produits bio ne sont pas calibrés. Or les machines que nous utilisons, si… ce qui peut engendrer quelques petits soucis.” Mais la qualité est au rendez-vous et appréciée par les enfants.

Du saumon au menu du repas bio“Nous avions expérimenté cette initiative l’an dernier et nous l’avons systématisé, depuis la rentrée, une fois par mois dans le cadre du PNSS, Programme national nutrition santé”, rappelle Marc Brandy, directeur adjoint de la Caisse des écoles. “La Ville a également recruté une doctorante, chargée de travailler sur les questions d’approvisionnement de la cuisine centrale en produits locaux.

“Il n’est pas possible d’assurer les 2500 repas par jour dans les restaurants scolaires avec des produits bio”, explique Pauline Marty, gentiment estampillée “Madame produits locaux”. “L’agriculture corrézienne comme française ne peut nous fournir en quantité suffisante. Et ce serait absurde, au titre du développement durable, de faire venir des produits de Pologne ou d’Italie. Mon rôle, en rapport avec la thèse que je prépare sur les filières agricoles de proximité, est de voir comment aider les filiales locales à pouvoir se construire leur production environnementale, à mieux gérer du champ à l’assiette.”

Vous pouvez connaître les menus à venir qui seront servis dans les cantines scolaires sur le site de la Ville.

Salade verte pour repas "bio"

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire