L'actualité en continu du pays de Brive


L’intrépide Lorànt Deutsch

En tournage à Brive pour sa chronique sur Youtube À toute Berzingue, Lorant Deutsch va devoir se montrer aussi “intrépide” que le proclame son sweet car il doit rencontrer aujourd’hui les joueurs du CAB. “Je vais un peu les booster”, a-t-il plaisanté hier soir lorsqu’il a reçu un ballon ovale “passé” par le maire Frédéric Soulier accompagné du président de Brive tourisme Yves Gary.

“J’espère que je n’aurais pas mal”, a-t-il aussitôt nuancé. Avec À toute Berzingue, l’écrivain acteur raconte l’histoire d’une ville en 5 à 7 minutes chrono et ses vidéos cartonnent sur Youtube. Sa chronique est déjà suffisamment “sportive” car pour en dire le maximum en un minimum de temps, le chroniqueur arpente le pavé en courant entre les prises. Avec son podomètre, il est même capable d’afficher la distance qu’il aura dû couvrir pour cette vidéo sur Brive: “2.000 ans d’histoire en 15km”. Un voyage spatiotemporel qui va passer inévitablement aujourd’hui par le stadium. “On ne peut pas évoquer Brive sans le rugby”, reconnait le chroniqueur.

La vidéo qui sortira mi avril, devrait quelque peu déborder du timing habituel, “entre 8 et 10 minutes”, confie Lorànt Deutsch. Car sur la cité gaillarde il y avait beaucoup à dire. “J’ai vu le passé surgir tel un visage avec les rides formées par les boulevards sur les anciens remparts”, s’enflamme-t-il, toujours prompt à raconter le passé par le prisme du présent. “Je vous emmène plus loin qu’à la boulangerie. J’ai le privilège de l’insouciance et du divertissement. Je suis un wikipedia sur pattes et tout le monde est convié à me suivre”, explique celui qui se voit comme “l’héritier du colporteur qui racontait des histoires”. Sa méthode est bien rodée: deux jours de préparation et deux jours de tournage.

“L’accueil a été hyper-tendre et chaleureux”, répète-t-il, sensible au “taux d’engagement et au chauvinisme positif dont fait toujours preuve le Sud-Ouest: une promesse jamais déçue.” Les Brivistes vont certainement redécouvrir leur ville à travers le regard décalé de ce bouillonnant personnage. L’intérêt est double : “Le but du jeu est d’amener les gens à Brive”.

“Il me tarde de pouvoir découvrir votre travail”, lui glisse le maire Frédéric Soulier. “Je suis passionné par votre démarche naturelle et vivante qui fait découvrir l’histoire de France avec un regard différent.” Il n’y a plus qu’à patienter…

Photos Raphaël Josse

Sur ce sujet, vous pouvez consulter notre précédent article:

 

 

 

 

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire