L'actualité en continu du pays de Brive


Watter Wattebled !

Cette nouvelle exposition à la chapelle Saint-Libéral vous emmène “À travers les gouttes” de l’artiste Thomas Wattebled. S’il est bien question d’eau, on ne la voit jamais: on l’entend couler à l’intérieur d’une fontaine hermétique, elle se cache dans des réservoirs martelés en négatif, se joue de chaises longues impraticables… D’entrée, la démarche trouble la perception et suggère la réflexion. Surprenant !

En premier, le regard butte sur une palissade de chantier qui barre la vue sur la nef de la chapelle. Puis capte une forêt d’entonnoirs oranges criblant les panneaux d’acier. Y lit fialement les mots “À travers les gouttes”, titre et programme de l’exposition. Et quel programme ! Cette paroi de métal offre un jeu entre ce qui est donné à voir immédiatement, donc aussi ne pas voir, et ce que l’on pourrait apercevoir en utilisant les entonnoirs comme des oculi.

“Ce rideau à contourner masque la scène du chantier permanent qu’est la vie, la manière de s’y faufiler sans cynisme mais sans naïveté non plus”, explique l’historien d’art Gunther Ludwig. C’est la façon pour Thomas Wattebled d’interroger sa perception du monde, avec ce brin de dérision qui certes amène à sourire, mais qui aiguillonne le questionnement.

Installations, sculptures, dessins, aquarelles… il faut aller au-delà de l’apparence, tenter de se glisser à travers les gouttes en ne pouvant les éviter pour continuer à avancer. L’eau est bien présente à travers plusieurs œuvres. Comme un le fil continu de notre vie. Il en est ainsi dans cette fontaine hermétique baptisée “Chagrin” où on l’entend couler sans fin. Dans ses tableaux martelés qui sont des réservoirs recueillant quelques litres puisés dans telle ou telle vraie rivière dont ils portent en inversé le nom: Le Néant, Le Malaise, La Gloire…

Que pensez de ces chaises longues sans plage, des chaises augmentées impraticables, fragiles échafaudages d’une quête de bonheur farniente… Peut-être qu’entre absurde et incertain s’assume toute la fragilité de notre vie.

À travers les gouttes de Thomas Wattebled à la chapelle Saint-Libéral. Jusqu’au 31 décembre 2023. Entrée libre.

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Fatima Kaabouch

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Fatima Kaabouch

Laisser un commentaire

quatorze − deux =