L'actualité en continu du pays de Brive


Vos sorties de la semaine

LUNDI 13 FÉVRIER 2017

  • Connaissances du monde. Laos à 14h30 et 20h à Brive au cinéma CGR. Avec la présence du réalisateur du documentaire Patrick Moreau. Une renaissance indochinoise. Jadis surnommé le royaume du million d’éléphants, le Laos ne compte désormais qu’un millier d’éléphants. Aujourd’hui, c’est le Naga, figure mythologique du cobra qui demeure l’objet de la vénération des Lao. Le Laos attire de plus en plus de voyageurs, subjugués par ses pagodes étincelantes et la  beauté de sa nature. Des voyageurs soucieux de ne pas déranger la sérénité des sites qui, à l’instar de Luang Prabang, Vientiane ou le temple khmer de Wat Phu, s’élèvent sur les rives du Mékong. Un pays fragile qui doit lutter pour conserver son image respectueuse de l’environnement. Saura–t-il maintenir ce cap dans la foisonnante économie de l’Asie du Sud-Est ? Durée: 2 heures. Tarifs: 8 et 9,50 euros. Infos au 0.892.688.588 et sur cgrcinema.fr/brive.

  • Cinéma. Avant-première. Alibi.com à 20h à Brive au cinéma CGR. La bande de Babysitting dans une aventure loufoque de (et avec) Philippe Lacheau. Greg a fondé une entreprise qui crée tout type d’alibi. Avec son associé et son nouvel employé, il élabore des stratagèmes et mises en scène imparables pour couvrir leurs clients. Mais la rencontre de Flo, une jolie fille qui déteste les hommes qui mentent, va compliquer la vie de Greg. Durée: 1 heure 30. Tarifs: 6,50 euros. Infos au 0.892.688.588 et sur cgrcinema.fr/brive.

************

MARDI 14 FÉVRIER

  • Atelier d’occitan à 17h30 à Brive, salle d’animation des archives municipales, 15 rue du docteur Massénat. Un atelier d’occitan proposé par ‘Institut d’études occitanes. Infos au 05.55.18.18.50.
  • Théâtre. Ubu à 20h30 à Tulle au Théâtre des Sept collines. Créé pour le festival d’Avignon en 2015, cet Ubu potache porté par Olivier Martin-Salvan et sa bande d’acteurs déchaînés est celui d’Ubu sur la butte d’Alfred Jarry, version raccourcie d’Ubu roi. La farce est résolument assumée pour ce texte brut, dégagé de toute psychologie. Père Ubu, en justaucorps rayé blanc et rouge, court sur un ring à petites foulées et mène la séance d’aérobic à grands renforts de combats de boudins en mousse. Les assauts à la «phynance» et les guerres s’enchaînent, les tyrannies vont crescendo. «L’aérobic fonctionne très bien avec le décervelage qui a cours dans la pièce, mais aussi dans la société», indique Olivier Martin-Salvan. Un texte à vif, une mise en scène survoltée, déjantée et potache, qui exacerbe toutes les outrances et lâchetés du scandaleux héros. Durée: 1 heure. Tarifs: de 21 à 5 euros. Infos au 05.55.26.99.10 et sur septcollines.com. Également le lendemain mercredi 15 février à 19h.

************

MERCREDI 15 FÉVRIER

  • Cinéma. Avant-première. Le vent dans les roseaux à 21h à Brive au cinéma Le Rex, bd. Kœnig. Dans le cadre du festival Telerama jeune public du 15 au 28 février. Un film d’animation suivi d’un atelier de pratique “le son au cinéma” avec l’association Les Grands Espaces. Le scénario: Eliette, une petite fille de huit ans, vit dans un pays où le roi a interdit la musique. Un troubadour venu d’Orient s’y fait confisquer ses instruments. Mais il est peu enclin à la servitude et rencontre Eliette qui a sculpté en cachette une flûte dans un roseau sauvage. Eliette et le troubadour se lient d’amitié. Ensemble ils vont mener le peuple à se libérer de la tyrannie. Durée du film: 26 min. Tarifs: 3,50 à 7 euros. Infos au 05.55.22.41.69 et sur cinemarex.org.

  • Théâtre. Ubu à 19h à Tulle au Théâtre des Sept collines. Créé pour le festival d’Avignon en 2015, cet Ubu potache porté par Olivier Martin-Salvan et sa bande d’acteurs déchaînés est celui d’Ubu sur la butte d’Alfred Jarry, version raccourcie d’Ubu roi. L’acteur découvre des aspects du Père Ubu qui mettent en doute la bouffonne candeur qui lui est d’habitude attribuée. Le décervelage qui règne dans la pièce a conduit les plasticiens Clédat & Petitpierre à proposer un décor radical : un terrain d’aérobique. Les combinaisons moulantes propres à cet univers, la lumière crue et la musique abrutissante des salles de sport assimilent avec astuce la vaine dépense physique et l’acharnement à accéder au pouvoir. Répéter des gestes, se soumettre à des concours pour gravir un podium ou gagner une médaille semble répondre à une pulsion du même type que celle qui mène le Père Ubu à multiplier les crimes pour conserver le pouvoir. Les spectateurs, répartis autour de la scène comme autour d’un ring, assistent dans le détail à la montée en puissance d’une dictature qui, quoique grotesque, évoque avec frissons des travers répandus. La farce est résolument assumée pour ce texte brut, dégagé de toute psychologie. Père Ubu, en justaucorps rayé blanc et rouge, court sur un ring à petites foulées et mène la séance d’aérobic à grands renforts de combats de boudins en mousse. Les assauts à la «phynance» et les guerres s’enchaînent, les tyrannies vont crescendo. Durée: 1 heure. Tarifs: de 21 à 5 euros. Infos au 05.55.26.99.10 et sur septcollines.com.

************

JEUDI 16 FÉVRIER

  • Questions Actuelles. A la croisée des mondes. S’écouter pour avancer à 20h30 à Brive à Bossuet, Espace Père Ceyrac. Une soirée réflexion débat organisée par l’Ensemble Scolaire Edmond Michelet et la Communauté franciscaine de Saint Antoine. Le dialogue des cultures et des religions sera au cœur de cette soirée avec Hubert de Chergé, frère de Christian, moine de Tibhirine, et Khaled Roumo, auteur, poète, romancier. Ces deux fervents acteurs du dialogue interreligieux vont témoigner de la force des messages de paix et de fraternité des Frères de Tibhirine. “Il est même plus fort et plus essentiel, face à la peur, au rejet de l’autre, à la haine qui se répandent dans le monde, chaque jour un peu plus.” Depuis le début de l’année, l’Ensemble scolaire et notamment les secondes du Lycée Bossuet, cheminent dans les pas de Christian de Chergé et de l’héritage laissé par les moines de Tibhirine assassinés en 1996, en Algérie. Cette soirée conclut la “semaine Tibhirine” vécue par les jeunes de l’établissement à travers des conférences, échanges, pèlerinage à Saint Michel de Bannières, cité d’origine de Christian de Chergé, repas solidaire… Entrée libre. Infos au 05.55.86.74.00 et sur www.edmichelet-brive.fr.
  • Cinéma. Séance spéciale Marcel Conche, la nature d’un philosophe à 21h à Brive au cinéma Le Rex, bd. Kœnig. En partenariat avec la médiathèque municipale et en présence du réalisateur du documentaire Christian Giriet. Marcel Conche s’est éveillé à la philosophie à l’âge de 6 ans alors qu’il accompagnait ses parents au travail des champs. Il lui consacrera sa vie. À 91 ans, ce philosophe moderne — mais à l’écart des modes — nous convie à une méditation philosophique. Au fil du temps, il a élaboré une métaphysique de la Nature qu’il continue inlassablement de méditer. Depuis sa Corrèze natale, il nous ouvre avec délice à une pensée toujours en mouvement, et nous livre le récit d’une vie qu’il dit banale, pourtant aussi surprenante qu’imprévisible.Durée du film: 1 heure 07. Tarifs: 3,50 à 7 euros. Infos au 05.55.22.41.69 et sur cinemarex.org.

  • Musiques actuelles. Zëro à 18h30 à Tulle aux Lendemains qui chantent. D’album en album, Zëro se bonifie, intègre son passé comme la meilleure des influences pour imposer une nouvelle identité et écrire une nouvelle page de son histoire. Voilà un groupe qui n’a plus rien à prouver mais animé par la volonté de toujours amener les choses un cran au dessus. Que se soit dans les moments de fureur ou dans les passages plus atmosphériques, Zëro est désormais passé maître dans l’art d’installer une tension permanente. Parfois tout en retenue, parfois aliéné, la musique de Zëro se distingue par sa capacité à ensevelir l’auditeur sous une somme de détails sans jamais l’étouffer. Un véritable savoir-faire qui n’est pas donné à tout le monde.. Entrée gratuite. Infos au 05.55.26.09.50 et sur deslendemainsquichantent.org.

  • Comédie. Mon colocataire est une garce à 21h à Saint-Mexant à L’atelier des artistes. Une comédie moderne et entrainante. Nadège est jolie et manipulatrice. Hubert est naïf, timide et a la libido d’une laitue… Elle vient réveiller le quotidien de ce vieux garçon avec une pincée de sexe, un zeste de séduction et une bonne dose d’humour. Ensemble, ils vous réservent une histoire moderne, décapante où les répliques mémorables fusent dans un face à face irrésistible. Cette comédie culte a été applaudie par 1,5 millions de spectateurs. Elle a été joué plus de 5.000 fois. Durée: environ 1 heure 20. Tarifs: 15 et 13 euros (moins de 12 ans). Infos au 05.44.40.60.79 et sur atelier-des-artistes.fr. Également vendredi 17 et samedi 18 février à 21h.
************

VENDREDI 17 FÉVRIER

  • Cinéma jeune public. Chala, une enfance cubaine à 9h30 à Brive au cinéma Le Rex, bd. Kœnig. Dans le cadre du festival Telerama jeune public du 15 au 28 février. Un film de Ernesto Daranas. Chala, jeune cubain, malin et débrouillard, est livré à lui-même. Elevé par une mère défaillante qui lui témoigne peu d’amour, il prend soin d’elle et assume le foyer. Il rapporte de l’argent en élevant des chiens de combat. Ce serait un voyou des rues sans la protection de Carmela, son institutrice, et ses sentiments naissants pour sa camarade Yeni. Durée du film: 1 heure 48. Tarifs: 3,50 à 7 euros. Infos au 05.55.22.41.69 et sur cinemarex.org.

  • Théâtre. Karamazov à 19h à Brive au Théâtre municipal. Création Avignon 2016 Coproduction Les Treize Arches. Après Paroles gelées et La Bonne Âme du Se-Tchouan que nous avons pu voir à Brive, après Rabelais et Bertolt Brecht, Jean Bellorini s’empare de l’ultime chef-d’œuvre de Fédor Dostoïevski, entouré de sa troupe de comédiens-musiciens-chanteurs. Telle une enquête grandiose, le roman de Dostoïevski explore les tourments et les contradictions qui conduisent l’un des fils Karamazov au parricide de Fiodor. L’intempérant Mitia est revenu pour exiger l’héritage maternel indûment conservé par le père. Ivan, aussi instruit qu’intransigeant, nourrit un mépris insondable pour cet homme dépravé. La perversité de Smerdiakov, fils illégitime, pèse comme une menace sur la maison. Seul le jeune Aliocha, dévoué et pieux, semble déterminé à écouter chacun, à comprendre et aimer. En contrepoint des rancoeurs qui les occupent, une tragédie se joue dans la famille d’un homme blessé, offensé puis humilié sous les yeux de son fils Iliocha qui ne s’en remettra pas. C’est le point de vue que Jean Bellorini et sa troupe choisissent pour déployer la symphonie des Karamazov : une datcha de verre abrite une famille pauvre, simple et honnête qui raconte l’histoire d’Aliocha et de ses frères. Porteurs d’autant de sens, la musique, le silence et la parole se relaient pour poser, amplifier et transmettre les questions essentielles de l’oeuvre du romancier russe : la possibilité d’une justice dans un monde sans Dieu, la possibilité d’une valeur accordée à l’amour et à la charité. Tarifs: de 20 à 5 euros. Infos au 05.55.24.62.22 et sur le site lestreizearches.com. Également le lendemain samedi 18 février à 17h.

  • Soirée session acoustique irlandaise  à partir de 21h au Maryland à Brive (13 rue Saint-Martin) avec l’association L’art en bar. A noter qu’en étant membre de l’association L’art en bar, vous bénéficiez d’une réduction sur les tarifs de plusieurs lieux culturels (Théâtre de la Grange, des Gavroches, Saison des 13 arches, centre culturel, cinéma Rex, CGR, Lendemains qui chantent, A corps danse, festival du cinéma de Brive). Infos au 05.55.17.10.78 et sur le site bar-le-maryland.fr.
  • Dédicace. Karine Sauvarie à 20h30 à Cosnac à la médiathèque. Karine Sauvarie dédicacera son premier roman L’insoumise de l’île Bourbon. La Cosnacoise vous emporte sur l’île de La Réunion (l’histoire débute en 1775), pour vous faire découvrir sa culture, ses paysages, ses parfums, ses couleurs… mais aussi une partie de notre histoire. Entrée libre. Également samedi 18 mars à 15h à la salle d’expositions de Varetz et le samedi 25 mars à la médiathèque de Brive (horaire à préciser).
  • Comédie. Mon colocataire est une garce à 21h à Saint-Mexant à L’atelier des artistes. Une comédie moderne et entrainante. Nadège est jolie et manipulatrice. Hubert est naïf, timide et a la libido d’une laitue… Elle vient réveiller le quotidien de ce vieux garçon avec une pincée de sexe, un zeste de séduction et une bonne dose d’humour. Ensemble, ils vous réservent une histoire moderne, décapante où les répliques mémorables fusent dans un face à face irrésistible. Cette comédie culte a été applaudie par 1,5 millions de spectateurs. Elle a été joué plus de 5.000 fois. Durée: environ 1 heure 20. Tarifs: 15 et 13 euros (moins de 12 ans). Infos au 05.44.40.60.79 et sur atelier-des-artistes.fr. Également samedi 18 février à 21h.
************

SAMEDI 18 FÉVRIER

  • Café tricot à 14h à Brive au centre culturel, 31 avenue Jean-Jaurès. Un moment convivial et l’occasion de faire de nouvelles rencontres autour du tricot et de la couture, c’est tendance et ça a lieu chaque 3e samedi du mois. Un ouvrage, un café, un échange… il n’y a pas d’âge pour venir monter les mailles à l’endroit à l’envers. Infos au 05.55.74.20.51.
  • Ciné goûter. Kubo et l’armure magique à 16h à Brive au cinéma Le Rex, bd. Kœnig. Kubo et l’armure magique est un film d’animation d’aventure fantasy produit par Laika et réalisé par Travis Knight. Dans un village littoral du Japon médiéval, Kubo est un jeune garçon vif et généreux qui s’occupe de sa mère. Il gagne sa vie modestement, en racontant des histoires aux autres villageois, dont Hosato, Hashi et Kameyo. Mais cette existence relativement calme se trouve bouleversée lorsqu’il reste dehors un soir, contrevenant aux injonctions de sa mère. Ses tantes sont alors capables de le retrouver. Sa mère se sacrifie alors pour pouvoir le laisser s’échapper, le mettant sur la quête d’une armure magique jadis portée par feu son père, un samouraï légendaire. Armé de son seul shamisen magique, il s’allie avec Singe protecteur et un Scarabée samouraï. Durée: environ 1 heure. Tarifs: 5 euros comprenant la séance, l’animation et le goûter; 20 euros les 5 séances; tarif de groupe à partir de 15 enfants de 4 euros/personne. Infos au 05.55.22.41.69et sur cinemarex.org.

  • Théâtre. Karamazov à 17h à Brive au Théâtre municipal. Création Avignon 2016 Coproduction Les Treize Arches. Jean Bellorini s’empare de l’ultime chef-d’œuvre de Fédor Dostoïevski, entouré de sa troupe de comédiens-musiciens-chanteurs. Telle une enquête grandiose, le roman de Dostoïevski explore les tourments et les contradictions qui conduisent l’un des fils Karamazov au parricide de Fiodor. En contrepoint des rancœurs qui les occupent, une tragédie se joue dans la famille d’un homme blessé, offensé puis humilié sous les yeux de son fils Iliocha qui ne s’en remettra pas. C’est le point de vue que Jean Bellorini et sa troupe choisissent pour déployer la symphonie des Karamazov : une datcha de verre abrite une famille pauvre, simple et honnête qui raconte l’histoire d’Aliocha et de ses frères. Porteurs d’autant de sens, la musique, le silence et la parole se relaient pour poser, amplifier et transmettre les questions essentielles de l’oeuvre du romancier russe : la possibilité d’une justice dans un monde sans Dieu, la possibilité d’une valeur accordée à l’amour et à la charité. Tarifs: de 20 à 5 euros. Infos au 05.55.24.62.22 et sur le site lestreizearches.com.
  • Théâtre. Les coulisses d’une libertine à 20h30 à Brive au Théâtre des Gavroches, 3 rue Viallatoux. Avec le Théâtre de la Tortue. Pour un public adulte. Créé au Festival d’Avignon 2011, à l’Alibi Théâtre, ce spectacle a fait l’objet d’une reprise au Festival d’Avignon 2012. Dans sa loge, une comédienne recherche des textes érotiques pour son prochain spectacle. À la découverte d’un monde libertin, sa propre émotion la surprendra… et vous surprendra. Libertine : le sens qui prévaut de nos jours se réfère à la libertine de moeurs, celle qui s’adonne, avec un raffinement cultivé, aux plaisirs charnels, dans une liberté qui dépasse les limites de la morale. L’érotisme contribue ici à la libération de la femme. Durée: 1 heure. Entrée: 12 et 8 euros. Infos au 05.55.18.91.71 et sur letheatregavroches.free.fr.
  • Soirée rock. Free Bear and Chicken à partir de 21h au Maryland à Brive (13 rue Saint-Martin) avec l’association L’art en bar. A noter qu’en étant membre de l’association L’art en bar, vous bénéficiez d’une réduction sur les tarifs de plusieurs lieux culturels (Théâtre de la Grange, des Gavroches, Saison des 13 arches, centre culturel, cinéma Rex, CGR, Lendemains qui chantent, A corps danse, festival du cinéma de Brive). Infos au 05.55.17.10.78 et sur le site bar-le-maryland.fr.
  • Théâtre jeune public. Poids-Plumes à 11h à Tulle au Théâtre des Sept collines. En famille dès 2 ans. Un spectacle qui s’adresse aux sens, c’est la promesse de cette proposition où l’on se laisse guider par le plaisir d’une écoute toute en nuances. Après Fougères, Marc Pichelin et Jean-Léon Pallandre, les deux explorateurs-musiciens de la compagnie Ouïe/dire, proposent aux tout-petits une nouvelle immersion dans un paysage sonore. Mille oiseaux fantasques s’y dévoilent dans le ciel tendu de bambous conçu par le plasticien Joël Thépault. Les souffles se jouent des micros cachés, les doigts frottent et percutent le grain de la peau des tambours, les surprises sonores et visuelles s’enchaînent. Les oreilles frissonnent d’aise dans ce moment d’écoute, délicat et poétique, qui fait s’envoler l’imaginaire. Durée: 35 min. Tarifs: de 21 à 5 euros. Infos au 05.55.26.99.10 et sur septcollines.com.
  • Comédie. Mon colocataire est une garce à 21h à Saint-Mexant à L’atelier des artistes. Une comédie moderne et entrainante. Nadège est jolie et manipulatrice. Hubert est naïf, timide et a la libido d’une laitue… Elle vient réveiller le quotidien de ce vieux garçon avec une pincée de sexe, un zeste de séduction et une bonne dose d’humour. Ensemble, ils vous réservent une histoire moderne, décapante où les répliques mémorables fusent dans un face à face irrésistible. Cette comédie culte a été applaudie par 1,5 millions de spectateurs. Elle a été joué plus de 5.000 fois. Durée: environ 1 heure 20. Tarifs: 15 et 13 euros (moins de 12 ans). Infos au 05.44.40.60.79 et sur atelier-des-artistes.fr.
************

DIMANCHE 19 FÉVRIER

  • Trail des châtaigniers à 9h à Beynat. Au programme un trail de 12km ou 23 km (courses inscrites au challenge MLK), mais aussi des randos VTT de 23 et 40km et une randonnée pédestre familiale guidée de 5km. Également au menu des châtaignes grillées, évidemment, et des animations, stands, marché local, sans oublier un repas tartiflette offert aux participants pour se remettre de leurs efforts. Engagements: pour les trails 15 euros (17 sur place), VTT 10 euros, marche familiale 8 euros (gratuit pour les moins de 12 ans). Infos au 05.55.85.97.82 ou 05.55.85.50.25 et sur trail-des-chataigniers.com.

************

LES EXPOS A VOIR

64839-indrique2

  • L’Indrique, chantier des Architextures à Brive dans le jardin du musée Labenche. Une sculpture autoportée de Johann Le Guillerm de Cirque ici. En coréalisation entre Les Treize Arches et le musée Labenche, musée d’art et d’histoire. les-imperceptiblesElles sont architectures par leur forme, textures par leur maillage. Les Architextures infiltrent les paysages de leurs structures de bois, autoportantes, sans clous ni vis. Elles sont une utopie de construction. La compagnie de Johann Le Guillerm, c’est un univers singulier de machines, de sculptures, de matières, de pièces qui se montent et démontent. L’artiste parle de “chantiers” pour évoquer une recherche en perpétuelle régénération. Ici, il ne s’agit pas de dominer la matière mais d’entrer en relation avec, par le jeu ou la confrontation. De cette expérimentation naît la surprise, et de nouveaux champs de recherche. A voir également Les Imperceptibles dans la Petite salle du Théâtre et sa dernière création Le pas grand-chose, tentative pataphysique ludique. Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf samedi et dimanche de 14h à 18h. Entrée libre et gratuite. Infos au 05.55.24.62.22 et sur le site lestreizearches.com.. Jusqu’au 12 avril 2017.
  • Bernard Lachaniette, le désordre inspiré à Brive au musée Labenche, salles d’exposition temporaire, à la chapelle Saint-Libéral et à la médiathèque. A partir du 10 février et jusqu’au 26 mars, la Chapelle Saint-Libéral, la médiathèque et le musée Labenche accueillent une grande exposition consacrée à Bernard Lachaniette, artiste prolifique et à l’œuvre protéiforme installé à Brive. Né en 1949 à Limoges, diplômé de l’École Nationale des Beaux-Arts de Paris et de l’Institut des Hautes Études Cinématographiques, Bernard Lachaniette suit un parcours résolument libre et singulier, explorant à travers son art à la fois spontané et raisonné tous les médiums vers lesquels son imagination le pousse. Conçus avec l’artiste, les trois volets de cette exposition sont complémentaires et proposent de partir à la rencontre de cette personnalité à l’inspiration foisonnante et des différents aspects de son travail entre 1980 et 2016. Entrée libre. Salles du musée: du lundi au samedi de 12h à 18h, dimanche de 15h à 18h, fermées le mardi. Chapelle Saint-Libéral: du mardi au vendredi de 12h à 18h, samedi de 10h à 13h et de 14h à 18h, dimanche de 15h à 18h. Médiathèque: aux heures habituelles d’ouverture: mardi de 9h30 à 18h, mercredi de 9h30 à 12h et de 13h30 à 18h, jeudi de 9h30 à 12h et de 15h à 18h, vendredi de 9h30 à 12h et de 13h30 à 18h, samedi de 9h30 à 12h et de 13h30 à 17h. Infos au 05.55.18.17.70 et sur museelabenche.brive.fr. Jusqu’au 26 mars 2017. Lire notre article Un artiste au “désordre inspiré” nommé Bernard Lachaniette.
  • Un monde de papier à Brive au centre culturel, 31 avenue Jean-Jaurès. Vaste sujet que celui présenté cette année par l’Atelier photographique. Ce papier, ces papiers, ont été le moteur d’une réflexion sur les différents axes à travailler et les moyens à mettre en œuvre pour parvenir à réaliser les photos imaginées, qui ont souvent été le fruit d’un travail collectif. Au fil du temps, les idées sont apparues et, la créativité des photographes amateurs s’est accrue… offrant à votre regard de quoi laisser votre imagination vous guider. Le papier a été considéré le plus souvent comme sujet, et non pas comme simple objet. Une trentaine de clichés très divers mettent en scène le papier de façon originale et atypique. Ainsi, vous découvrirez le papier sous des formes assez inattendues. L’atelier photographique du Centre culturel signe ici une exposition riche d’inventivité. Ouvert en semaine de 9h à 12h et de 14h à 19h, samedi de 10h à 12h et 14h à 19h. Entrée libre. A noter une conférence ce vendredi 27 mars 14h en présence de l’artiste. Infos au 05.55.74.20.51. Jusqu’au 28 février 2017.
  • La guerre d’Indochine à Tulle au Musée des armes. Partez à la découverte de l’épopée française en Indochine qui divisa les consciences et déchira la communauté nationale. Un hommage aux combattants d’Indochine, qui ont gardé après leur retour la nostalgie d’une terre envoûtante, aux cultures ancestrales, et le souvenir des hommes et des femmes pour lesquels ils se sont battus. Cette exposition est dédiée à ces hommes, militaires français, légionnaires, Africains et Nord-Africains, soldats vietnamiens, cambodgiens et laotiens qui ont servi en Indochine et à tous ceux qui ne sont pas revenus. Une exposition réalisée par l’ONACVG. Entrée libre. Ouvert du mardi au samedi de 14h à 18h. Infos au 05.55.26.22.15. Jusqu’au 3 juin 2017.
  • Gaston Vuiller chez les magiciens et sorciers de la Corrèze au musée du cloître de Tulle. A partir du 15 février. Le musée du Cloître conserve un fonds important lié à Gaston Vuiller, artiste peintre, dessinateur et voyageur, dont l’oeuvre et le nom restent intimement mêlés à la Corrèze et au village de Gimel-les-Cascades. Ce fonds est aujourd’hui constitué de trente-sept dessins, trois gravures, un autoportrait (peinture à l’huile sur bois), deux grands tableaux de paysages (dépôts du Centre National des Arts Plastiques) et cinq livres illustrés. En 1900, la ville de Tulle acquiert un premier ensemble de dessins parus en 1899 dans trois épisodes de la revue Le Tour du Monde dans un article intitulé « Chez les magiciens et les sorciers de la Corrèze ». Restaurés en 2012, ces oeuvres sur papier restent néanmoins fragiles et particulièrement sensibles à la lumière, et pour cette raison ne peuvent être exposées de manière permanente. Ce nouvel accrochage est l’occasion de les découvrir une nouvelle fois et de partir à la rencontre des figures que Gaston Vuillier appelle les magiciens et sorciers de la Corrèze… Entrée gratuite. Ouvert tous les jours sauf dimanche et lundi de 14h à 18h. Infos au 05.55.26.24.22. Jusqu’au 6 janvier 2018.
Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire