L'actualité en continu du pays de Brive


Vœux au personnel: entre désengagement de l’Etat et investissement municipal

Le maire Philippe Nauche a présenté ses vœux au personnelLe maire et le directeur général des services de la Ville de Brive ont adressé leurs vœux au personnel municipal pour l’année 2011. Nouvelles organisations, solidarité et investissements sont au programme.

“Si l’on reprend les comptes administratifs de 2008 à 2010, on s’apercevra  que la Ville de Brive a investi plus de 43 millions d’euros contre 37 millions pour la période précédente de 2001 à 2003.” C’est par ces chiffres que Jean-Luc Reviller, directeur général des services de la Ville de Brive, a attaqué son intervention. Cette volonté municipale vient toutefois se heurter à un gouvernement qui “ne cesse de réduire son soutien aux collectivités locales”.

Jean-Luc Reviller, directeur général des servicesLe directeur général des services a ainsi rappelé le poids de ce désengagement en quelques exemples: “Après les passeports biométriques vont suivre les cartes d’identité et quelle sera la courbe d’évolution des effectifs de police au commissariat de Brive, quand on sait qu’entre 2009 et 2010 c’est 9 agents qui n’ont pas été remplacés sur un peu plus de 100. Les collectivités locales se retrouvent donc sur deux fronts: celui de l’investissement avec un maintien élevé des dépenses, mais aussi celui du fonctionnement avec des effectifs élevés afin de rendre un service public de qualité”.

Des choix seront donc à faire. Soit “réduire la voilure en investissement au détriment de l’économie locale”, soit “réduire notre train de vie en ne remplaçant pas les postes que nous jugerions hors de notre champ de compétence. Devons-nous continuer à assurer l’enseignement de l’éducation physique en mettant nos éducateurs à disposition de l’Education nationale dans les écoles primaires? La même question se pose pour l’enseignement musical. Devons-nous pallier les besoins dus au désengagement de l’Etat pour la police? Si nous ne retenons pas une de ces solutions nous serons alors dans l’obligation de faire appel à l’impôt de nos concitoyens”.

L’objectif sera donc de continuer à restructurer des services pour aboutir “à de nouvelles organisations plus efficientes”. Et si malgré tout, le but n’est pas atteint, ce sera alors aux élus “de prioriser les missions” et de “réorienter la politique de la Ville sur son cœur de métier”.

Le maire avec à ses côtés Patricia Bordas, premier adjointLe maire s’est attaché à rappeler les nombreuses actions qui allaient permettre “de changer le quotidien des Brivistes comme l’aménagement du centre ville, la mise en place du Plan de déplacements urbains, l’aménagement de la place du 14-juillet, les travaux du théâtre, le boulevard Voltaire, la baisse de la taxe d’habitation pour les revenus modestes et les personnes touchées par le handicap, la tarification des structures municipales en fonction des revenus de chacun”, etc.

“Des investissements en hausse, une stabilité des taux d’imposition communaux, une première diminution pour les plus modestes: c’est à vos efforts d’économie, votre travail, votre efficacité que nous devons ces résultats”, a rajouté Philippe Nauche en direction du personnel. D’autres défis ont été relevés par le premier magistrat comme le  renforcement de l’attractivité démographique de Brive.

Après avoir remercié les partenaires sociaux de la mairie “éléments majeurs de la démocratie sociale”, et s’être félicité de la diminution de la précarité au sein des services, le maire a demandé aux agents municipaux d’être “les représentants vigilants de notre maison commune”. “Si vous détectez un dysfonctionnement, un aléa du domaine public, une situation sociale difficile, vous n’avez pas le droit à l’indifférence et avez le devoir de faire en sorte que l’information soit prise en compte afin que le problème puisse être traité au mieux de l’intérêt général.”

L'ensemble des élus autour du maire et du directeur général des services

Michel DUBREUIL

Michel DUBREUIL

Mot clé

Laisser un commentaire