L'actualité en continu du pays de Brive


Visite des futurs locaux de la Police municipale

Une visite des futurs locaux de la Police municipale, avec notamment un Centre de supervision urbain en cours d’aménagement, était organisée aujourd’hui en présence de représentants de l’Etat, de la Justice, des Polices municipale et nationale, et, bien entendu, de la Ville de Brive porteuse du projet.

Nombre d’engagements de mandat de Frédéric Soulier portaient, en 2014, sur la sécurité et la police municipale. Citons notamment une augmentation des effectifs de la police municipale avec une présence de jour comme de nuit, et l’installation d’une vidéo-protection.

L’augmentation des effectifs est, depuis 2014, une réalité, notamment avec l’apparition d’une brigade de nuit. La Police municipale compte désormais 32 agents : 26 policiers municipaux et 6 agents de surveillance de la voie publique. Les policiers municipaux vont suivre, dans les mois qui viennent, une formation pour pouvoir porter un pistolet semi-automatique 9mm Sig Sauer, déjà utilisé par la police nationale et la gendarmerie.

Quant à l’installation d’un système de vidéo-protection, elle est en cours. Le Centre de supervision urbain (CSU) se trouvera dans les futurs locaux de la Police municipale, situés dans l’ancienne école du Pont Cardinal. Ce centre fonctionnera grâce à 29 caméras (21 dômes à 360°, 5 dômes panoramiques, 2 fixes, 1 nomade) installées dans 12 zones vidéo-protégées: le centre historique, les écoles (Cabanis – d’Arsonval), la gare SNCF, le parking Churchill et les bars de nuit, la place du 14 juillet, le club le Cardinal, le club La Charrette, Tujac, le parc des Perrières, les Chapélies, la ZAC de Cana, Rivet.

La durée de conservation des images sera de 30 jours, et les parties privatives (comme les fenêtres des immeubles) seront floutées. Entre 5 et 10 personnes devraient intégrer l’effectif de la Police municipale pour assurer le fonctionnement du CSU, opérationnel à partir de juin 2017.

Pour le préfet de la Corrèze Bertrand Gaume, “la vidéo-protection ne permet certes pas de faire disparaitre la délinquance, mais elle permet de mieux y répondre en facilitant la caractérisation des faits. D’où le fait que l’Etat subventionne de manière importante les aménagements de type CSU”. Effectivement, à Brive, l’Etat finance à hauteur de 222.550 euros l’installation du CSU qui se chiffre, au total, à 496.000 euros.

Le maire de Brive Frédéric Soulier a souligné “l’importance et l’efficacité” de la coopération entre la police municipale (32 agents) et la police nationale (une centaine de policiers sur la circonscription).

“A l’avenir, je souhaite que la police municipale puisse répondre aux besoins de sécurité 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7”, a assuré l’élu. Le changement de locaux de la Police municipale répond aussi à cette perspective d’augmentation des effectifs. “En outre, les agents, qui vont bénéficier d’un lieu de vie plus agréable, pourront partir plus efficacement en intervention à partir d’un carrefour qui permet de prendre toutes les directions possibles, contrairement aux anciens locaux de la rue Marcelin-Roche (qui était en sens unique – NDLR)”.

Si on ajoute le montant de l’aménagement des nouveaux locaux à celui de l’installation du CSU, le coût global de l’opération est de l’ordre de 600.000 euros.

La visite fut aussi l’occasion d’assister à une démonstration de la brigade cynophile, avec marquage de sacs contenant du cannabis et interventions de deux chiens sur deux individus peu coopérants lors d’un contrôle policier, simulé bien entendu.

Olivier SOULIÉ, Photos : Diarmid COURREGES

Olivier SOULIÉ, Photos : Diarmid COURREGES

Laisser un commentaire