L'actualité en continu du pays de Brive


Union retrouvée chez les pêcheurs brivistes

Les deux associations de pêche n’en font plus qu’une : Les Pêcheurs Gaillards. Une fusion très attendue. et des projets pour “appâter” de nouveaux adhérents.

C’est en quelque sorte l’histoire qui se « retricote » dans l’autre sens : scindé depuis 34 ans en deux associations, le monde de la pêche briviste a retrouvé son unité. En décembre dernier, les deux entités, fortes chacune de leur petit millier d’adhérents, se sont dissoutes pour en créer dans la foulée une seule qui puise son nom dans les deux : Roseau Gaillard et Pêcheurs du Pays de Brive sont devenus Pêcheurs Gaillards.

Il aura ainsi fallu que du temps coule pour adoucir les rancœurs d’un divorce douloureux, poussant quelquefois loin le bouchon de la discorde, avant de retrouver une union de raison tout autant que de cœur. « On se connaît tous et on s’entend bien. C’était la meilleure solution pour optimiser nos moyens et dépasser la pénurie de bénévoles », explique, rassembleur, le président Michel Fontanel. Pour ne « taquiner » aucun des camps, le nouvel élu est d’ailleurs épaulé par deux vice-présidents qui ne sont autres que les ex-présidents Michel Boiroux et Daniel Noual. Un trio qui fonctionne désormais de pair. « Le conseil d’administration comprend également 14 personnes issues à parité des précédentes associations. »

Forte déjà de ses 2 000 adhérents réunis, la nouvelle structure compte aussi dans son vivier plus de 1 200 enfants de 6 à 12 ans, détenteurs de l’incontournable carte de pêche. Si l’on y ajoute les cartes journalières, vacances et les timbres halieutiques, elle draine dans son giron quelque 3 200 personnes. Avec cette fusion, Brive devient ainsi, devant Tulle, la plus grosse AAPPMA (Association agréée de pêche de protection du milieu aquatique) du département.

Comme le détaille l’intitulé, le but de l’association n’est pas seulement de pratiquer ce loisir réglementé. « Nous devons aussi entretenir les berges dans les endroits où nous avons le partage des baux de pêche, enlever les arbres dangereux, débroussailler, empoissonner, veiller à la protection du milieu… » L’association regroupe désormais un parc de quatre étangs ainsi qu’une frayère semi-naturelle et mouline de nouveaux projets.

« Nous voulons redynamiser l’école de pêche, transmettre les bons gestes, la connaissance et le respect de la biodiversité auprès d’un large public, partager notre passion. L’activité a beaucoup évolué, on pratique de plus en plus le no-kill qui consiste à relâcher le poisson. C’est un autre état d’esprit, on ne pêche plus pour la consommation mais pour le plaisir de la capture, d’être dans la nature et d’observer des choses magnifiques. »

Infos au 06.11.13.60.87, lespecheursgaillards@gmail.com ou au 122 rue Pierre-Chaumeil. Facebook et site en cours.

DCIM100GOPRO

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire

8 + 18 =