L'actualité en continu du pays de Brive


“Une rentrée calme mais seulement en apparence”

Les enfants ont rejoint les bancs de l’école ce matin. Dans la cour, l’atmosphère ressemble à s’y méprendre à celle des années passées. Pourtant, des changements s’annoncent: “C’est une rentrée qui paraît calme, mais on paye en fait chèrement les décisions gouvernementales”, a affirmé Patricia Bordas, premier adjoint au maire qui a visité ce matin, avec d’autres élus et responsables de service, les établissements accueillant en cette rentrée une nouvelle direction.

Ecole de BouquetLe couperet est tombé ce matin alors que la plupart des directeurs des écoles visitées déplorent une hausse des effectifs et des conditions de travail plus difficiles: “On est en train de perdre la qualité de l’enseignement en primaire à cause de la politique gouvernementale”, a lancé Patricia Bordas, premier adjoint au maire, ce matin, durant la visite des écoles. Dans les propos des directeurs, les chiffres défilent et les effectifs des classes s’allongent. Le problème est que les écoles de ZEP (Zone d’éducation prioritaire) ne sont pas épargnées.

Cinq classes ont été supprimées à Brive dont une à Marie Curie (Tujac) qui est classée en ZEP et une à Lucie-Aubrac (Rivet) : “On est outré de ces fermetures. Elles sont l’exemple de la volonté gouvernementale qui ne tient pas compte des projets pédagogiques que les enseignants ont mis en place pour des élèves en difficulté. On ne peut pas admettre cela”, ont estimé la première adjointe et Nicole Chaumont, maire adjoint en charge des affaires scolaires. Les enfants les plus en difficulté seront malheureusement ceux qui vont être les plus pénalisés.”

Patricia Balot, nouvelle directrice à Marie Curie cite pour exemple: “On s’est retrouvé avec 39 CP à répartir et 31 CE1; on a alors fait une classe de 24 enfants en CP, 21 en CP-CE1 et 25 CE1. Je regrette ces effectifs trop chargés alors même que nous sommes en ZEP et ma hantise est d’accueillir de nouveaux CP.” Et c’est sans compter sur les 15 nouveaux enfants arrivés cette année en maternelle et qui iront immanquablement gonfler les effectifs des classes élémentaires d’ici peu.

Réfection du chemin entre l'école Jules-Romain et le centre de loisirs Cap Ouest“Finalement, tout ce qu’on essaie de faire en terme de travaux et qui est de la responsabilité d’une mairie, perd de sa valeur car de l’autre côté, le gouvernement sape nos efforts”, ont déclaré Patricia Bordas et Nicole Chaumont. Pourtant, la Ville poursuit ses efforts en terme d’aménagements notamment. La réfection du chemin d’accès qui permet aux enfants de Jules-Romains de rejoindre le centre de loisirs Cap Ouest pour déjeuner a été réalisée, et un vaste programme de rénovation des restaurants scolaires de la ville avec l’installation de lave-vaisselle a été lancé. Lucie Aubrac est d’ailleurs la première école à en bénéficier depuis cette rentrée.

Parmi ces nouvelles qui suscitent bien des inquiétudes, des initiatives innovantes émergent pourtant.”Il existait deux classes d’enfants du voyage à l’école de Bouquet. Au départ, j’étais choquée qu’on les laisse ensemble, à l’écart des autres enfants“, témoigne la nouvelle directrice Corinne Fialip. Désormais, les 36 enfants du voyage inscrits dans l’établissement sont répartis dans les classes. Un exemple intéressant de mixité qui remet un peu de couleur sur un tableau plutôt noir.

les cahiers de toutes les couleurs

Difficile de quitter son papa

Lave Vaisselle à Lucie Aubrac

Nouveaux ponchos pour que les élèves de Jules Romains puisse rejoindre Cap Ouest, un parcours de 5 minutes, au sec.

poste supprimé

recyclage balles de tennis

Jennifer BRESSAN

Jennifer BRESSAN

Laisser un commentaire