L'actualité en continu du pays de Brive


Une foire du livre “ni tout à fait la même ni tout à fait une autre”

inauguration-de-la-foire-du-livre-1pano

Pas de ministre cette année pour ouvrir officiellement la Foire du livre de Brive, mais un bel éloge à la diversité culturelle tout au long des déambulations du cortège inaugural comme au fil des discours qui ont précédé la remise du prix de la langue française à Philippe Forest.

inauguration-de-la-foire-du-livre-2

Une fois le ruban de cette 35e édition coupé, le maire Frédéric Soulier et le président Daniel Pennac ont d’abord fait halte au stand de la Poste pour oblitérer le nouveau timbre de Brive. Ils ont ensuite parcouru une bonne heure durant les stands de la Foire du livre, tantôt de concert, tantôt chacun de leur côté pour reprendre le même sillage à travers une foule de visiteurs déjà bien compacte, saluant de ci de là les écrivains d’ici et d’ailleurs.

“Nice to meet you”, entamait le maire auprès d’un Jim Fergus en pleine dédicace. “Mais je parle français”, lui répondait avec un accent prononcé l’Américain tandis qu’un peu plus loin l’écrivain président partageait une coupe avec Amélie Nothomb toujours assaillie par ses lecteurs. Une déambulation sur un ton amical et chaleureux qui s’est retrouvée un peu plus tard dans les discours traduits également pour les sourds et les malentendants.

inauguration-de-la-foire-du-livre-5Les inaugurations se suivent, mais ne se ressemblent pas tout à fait. A l’image de cet événement automnal qui fait converger à Brive le monde littéraire. Frédéric Soulier a emprunté d’ailleurs à Verlaine son “ni tout à fait la même ni tout à fait une autre” pour décrire cette foire qui chaque édition se démarque “par son audace tout en conservant sa singularité“. Un gage “d’authenticité” pour une manifestation “qui s’ouvre chaque année aussi un peu plus au monde, de tous les arts, littéraire, cinéma, théâtre…”

inauguration-de-la-foire-du-livre-6Pour Nathalie Lanzi, vice-présidente de la Grande région Nouvelle Aquitaine, “la culture constitue plus que jamais un enjeu citoyen, face à l’obscurantisme”. Frédérique Meunier pour le Département, rappelait que “l’on ne force pas la curiosité, on l’éveille“, tandis que le préfet Bertrand Gaume s’enthousiasmait de cette “biodiversité culturelle” dans une “foire” qui, de par son étymologie, du latin feria, se consacre au repos et à la fête et où il est donc tout à fait approprié que “l’encre tout autant que le vin coulent à flots”.

inauguration-de-la-foire-du-livre-9C’est avec une connivence tout aussi pétillante que Danièle Sallenave a passé le relais à son successeur, non sans avouer avec humour et malice en cette période: “Il est très difficile de cesser d’être président, quand on l’a été, on veut le rester”.

C’est le lecteur qui a accepté cette présidence“, lui répondait Daniel Pennac, affirmant sa gratitude à tous les écrivains. Non sans s’amuser lui aussi du tour que lui réservait le destin en se remémorant une image de son enfance: “mon père, assis dans son fauteuil sous le cône de la lampe, avec sa pipe, à qui je demandais “qu’est ce que tu lis qui te rends si heureux” et lui me répondant Les portes de Gubbio de Danièle Sallenave…”

inauguration-de-la-foire-du-livre-11L’académicienne, à peine quitté sa présidence, reprenait la parole en tant que membre du jury pour proclamer selon la tradition le prix de la langue française, remis par le maire à Philippe Forest très honoré: “Il y a beaucoup d’écrivains que j’admire qui m’ont précédé”. Sensible à l’intitulé du prix, le romancier, essayiste et biographe, notamment d’un très remarqué ouvrage paru l’an denrier sur Aragon, n’en cachait pas moins sa surprise: “Je ne me suis jamais vu comme un styliste. La langue vaut par ce qu’elle permet de dire“. Un peu comme la petite musique de Proust… finalement une sonorité à nulle autre pareille.

inauguration-de-la-foire-du-livre-12

A propos de la Foire du livre 2016, vous pouvez consulter nos précédents articles:

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire