L'actualité en continu du pays de Brive


Une coopération pour un meilleur logement social

Les présidents des offices Brive Habitat, Égletons Habitat et la société Noalis ont officialisé ce mardi 26 janvier leur rapprochement à travers la création d’une nouvelle société: AMETEA, Aménageurs du territoire est aquitain. Pas de fusion mais bien une “coopération intelligente” qui vise à apporter un meilleur service aux habitants notamment avec une labellisation “Quali HLM”. On parle aussi du retour des gardiens dans les immeubles…

Les trois présidents ont dévoilé le logo de la nouvelle structure

Les trois organismes regroupent 14.000 logements, 26.000 locataires et un chiffre d’affaires de 63 millions d’euros. “Cinq fois plus de logements que le seul Brive habitat, quatre fois plus de locataires et presque cinq fois le chiffre d’affaires”, comparait le maire Frédéric Soulier. L’Office public briviste compte en effet 3.600 logements et près de 7.300 locataires. Son homologue d’Égletons 600 logements et 900 locataires. Et la société Novalis, filiale d’Action logement, pèse 9.700 logements et 17.800 locataires.

“Nous avons engagé cette démarche de rapprochement depuis un an et demi. Ce n’est pas le gros qui avale les plus petits. C’est tout sauf ça”, a insisté le président de Brive Habitat qui prône “une logique de coopération public/privé afin de mieux servir nos locataires”. Pas de bouée de sauvetage non plus pour Brive Habitat dont la gestion avait été précédemment épinglée par la Cour des comptes: “Beaucoup d’efforts ont été engagés depuis deux ans et demi. L’office a balayé devant sa porte et présente une entreprise capable de coopérer.”

C’est la loi ELAN qui est à l’origine de ce rapprochement des bailleurs sociaux, les organismes HLM devant désormais afficher un seuil minimum de 12.000 logements. Une sorte de mariage de raison, mais pas seulement pour “le Petit Poucet de la bande” comme se qualifiait Charles Ferré, président d’Égletons Habitat: “C’est aussi une question humaine, le courant est bien passé”.

C’est bien connu, l’union fait la force. Les trois acteurs de ce Pacs vont ainsi mettre en commun leurs compétences et leurs spécificités. “Nous avons des tailles et des situations différentes, mais nous partageons les mêmes valeurs“, expliquait Jean-Luc Leydier-Delavallade, président de Novalis qui assure également la présidence de la nouvelle structure où chacun des trois organismes garde son entité propre et son autonomie de gestion. “Les locataires ne verront pas de changement en terme d’interlocuteur, si ce n’est à terme un meilleur service. C’est un outil commun. Il va permettre de valoriser nos points forts et de corriger nos faiblesses pour le plus grand bénéfice des territoires et des locataires.” Car il s’agit bien de cela dans un département qui est l’un des rares à avoir gagner des habitants.

Ces synergies vont ainsi permettre aux trois partenaires de renforcer leur capacité d’action en étant un acteur de référence du logement social et de l’aménagement territorial. “L’objectif est de construire 400 logements par an et d’en réhabiliter autant“, précisait Élodie Amblard qui assume la direction générale d’AMETEA, avec les directeurs associés des deux offices.

Il s’agit ainsi d’améliorer la qualité énergétique du parc dans les 5 ans à venir. Par la réhabilitation mais aussi par des économies d’échelle auprès des fournisseurs d’énergie. “Je me suis engagé sur la baisse des charges auprès de nos locataires“, rappelait Frédéric Soulier. “La coopération sera un levier.” Autre argument pour le président de l’office briviste: “le retour de nos gardiens, c’était une erreur de les avoir supprimer, il constitue le premier lien social.”

AMETEA qui n’attend plus que l’agrément ministériel, va ainsi œuvrer à apporter un meilleur service de proximité par le partage des bonnes pratiques dans une démarche de labellisation des services fournis intitulée “Quali HLM”. “Si la coopération est fructueuse, cela pourrait déboucher sur une fusion”, n’a pas exclu Frédéric Soulier. “Nous avançons avec une politique des petits pas et de la confiance.”

 

 

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Laisser un commentaire