L'actualité en continu du pays de Brive


Une classe flexible à Henri Sautet

L’école primaire Henri Sautet dispose désormais d’une classe dite flexible qui accueille des élèves de Toute petite section et de Petite section. Cette nouvelle classe, avec son concept d’enseignement plus autonome, un agencement et des équipements adaptés aux élèves et à leurs mouvements, pourrait bien séduire et attirer des élèves et des parents. Un gros investissement pour l’école rendu possible grâce au financement de ce projet par le Conseil national de la refondation.

 

Il y a parfois des opportunités à saisir. L’avènement du Conseil national de la refondation (CNR)* a permis à l’école Henri Sautet de se faire financer son projet de classe flexible à destination principalement de sa classe Toute petite section et Petite section qui compte 24 élèves**. Dans le cadre d’un remaniement de son organisation, l’école souhaitait repenser l’accueil de ses plus jeunes élèves. Les aides au financement via le CNR tombaient à pic. Il ne restait plus qu’à monter le dossier. L’idée de la classe flexible a été retenue.

Une classe flexible c’est quoi ?  « Une classe flexible est un lieu d’apprentissage adapté aux élèves avec un agencement et une organisation qui permettent une plus grande autonomie », résume Marie-Hélène Sartou, l’institutrice de maternelle. « Le mobilier est adapté aux enfants, on le déplace facilement et on l’adapte à différentes méthodes de travail ». Ergonomique et modulable le mobilier est pensé pour les enfants. « Tout est réfléchi pour que tout soit accessible à ces tous petits. »

« La souplesse d’organisation que cela engendre permet à l’enfant de travailler en groupe ou seul, en interaction ou non avec l’institutrice et permet un apprentissage plus serein. La transition crèche école n’est pas toujours facile. La classe flexible permet une adaptation plus douce. »

Le financement par le CNR a également permis l’achat de casques anti-bruit pour des instants de repos ou des casques audio pour suivre des histoires, des dalles sensorielles, une table lumineuse, « pour éveiller les sens des plus petits », ou encore des tapis pour « ramener au sol ces enfants qui ont entre 2 ans et demi et trois ans ». De nombreux livres et jeux sont en accès libre, mais attention, « derrière chaque jeu, il y a un objectif », prévient Marie-Hélène Sartou. « La classe flexible n’est pas une garderie ». Le programme est scrupuleusement suivi. Les parents sont d’ailleurs invités à venir au sein de cette classe pour observer son fonctionnement. « C’est aussi un objectif de ce projet », assure Marie-Hélène Sartou. Une manière pour les parents de se rendre compte par eux-mêmes des avantages d’une telle classe.

 

*Le Conseil national de la refondation (CNR) lancé en septembre 2022 par le président Emmanuel Macron a pour objet, dans sa déclinaison territoriale consacrée à l’école, de mobiliser les acteurs locaux (chefs d’établissement, enseignants, parents d’élèves…) autour de projets que cette instance financera si elle les juge opportuns.

** Ce financement à hauteur de 40 000 euros a permis l’achat du matériel nécessaire à cette classe mais il a aussi profité à l’école toute entière qui a pu créer une salle modulable disponible pour les autres classes. 

Julien Allain, Photos : Fatima Kaabouch

Julien Allain, Photos : Fatima Kaabouch

Laisser un commentaire

4 + quatre =