L'actualité en continu du pays de Brive


Un Salon qui décolle

intro-salon-aero

Le premier Salon de l’aéronautique et du spatial de Brive se tiendra du 6 au 9 octobre à l’Espace Chadourne. Avec la participation du CNES. L’ambition est d’éveiller les vocations. Et de faire rêver. Vous pourrez même faire un robot martien ou piloter un A 320. Avec à la clé, deux baptême de l’air à gagner chaque jour. Toutes les infos sur le site airac/salon.

 

conference-airac-groupeVoilà longtemps que l’AIRAC, fervent défenseur du patrimoine aéronautique et spatial, avait en ligne de mire d’organiser un salon du genre. L’association a même décroché le soutien et la participation du très sélectif CNES (Centre national d’études spatiales). Il faut dire qu’avoir dans ses rangs un ancien de la maison parmi d’éminents membres dont de nombreux pilotes émérites, a beaucoup compté. “Nous sommes tous des passionnés qui ont envie de se mettre au service de ce secteur”, résumait, lors de la conférence de presse de présentation, François Patier, de son état ancien général et vice-président de l’association.

“Nous sommes tourné vers l’histoire mais aussi la jeunesse.” Comme à son habitude, l’AIRAC n’oubliera pas de mettre en valeur l’aventure aéronautique corrézienne, par ailleurs fort riche, avec en tête de file Lucien Bossoutrot (lire notre article Sur les traces d’un aviateur hors pair). Ni de rendre hommage à Louis Blériot et aux As en cette période de commémoration du centenaire de la Guerre 1914-1918.

maintenanceL’AIRAC a également verrouillé sa cible sur les jeunes. Notamment les deux premiers jours davantage dédiés aux scolaires pour leur montrer toutes les potentialités de ce secteur, ses multiples débouchés professionnels et éveiller peut-être des vocations. “Il n’y a pas que pilote comme métier”, insiste François Patier. « C’est un secteur d’avenir qui recrute des ingénieurs mais aussi des bac pro, BTS, tourneurs, chaudronniers, électroniciens… » L’appel de l’AIRAC a été entendu par les établissements scolaires: “Les deux premiers jours affichent complet. Nous aurons plus de 500 jeunes visiteurs”, se réjouit le président Pierre Taurisson.

Ce premier Salon se tiendra à l’Espace Chadourne et aux abords. « C’est un galop d’essai. On aimerait faire le suivant à l’aéroport, assorti d’un meeting », espère le secrétaire Jean-Louis Basse. mirageL’AIRAC ne pourra malheureusement pas y exposer comme prévu le Mirage F1 qu’elle a récupéré et qui devait être un des clous du salon. Mais ce n’est que partie remise.

Même « en ville », la manifestation promet des animations alléchantes. Le CNES y animera ainsi 4 ateliers où les visiteurs pourront à loisir construire une fusée, un robot martien, le système solaire ou découvrir les étoiles avec un planétarium. Des industriels locaux et régionaux intervenant dans ce domaine ont souhaité en être et exposeront également leurs fabrications. “Il y a un grand potentiel sur place, ça ne se sait pas, mais à Brive, des sociétés font des pièces pour des industriels Américains comme Boeing”, s’étonne toujours François Patier.

jaguarLes visiteurs pourront également utiliser un simulateur d’A 320 « à la taille de la cabine » et de planeur (accès payant aux deux), admirer une vraie cockpit de Jaguar mais aussi le Cricri construit par les frères Muzergue (le plus petit bi moteur du monde pour la voltige aérienne), la reconstitution d’un Blériot, une montgolfière, deux hélicoptères, des drones, des maquettes…

Il y aura aussi la présence des 3 armes, du Mémorial Normandie-Niemen, d’associations, des conférences dont une d’Olivier Lechevalier, patron des Canadairs… L’autre sur “Les enheux du spatial” tenue par “un grand monsieur du CNES”. Pour l’AIRAC, cette première est indéniablement “un salon à ne pas rater”. De quoi voyager « Des ailes anciennes à Ariane 6 » comme l’invite l’affiche. Plus d’infos au 06.80.28.37.62 et sur le site de l’Airac.

Du 6 au 9 octobre, de 10 h à 18 h à l’Espace Chadourne. Les 6 et 7 plus axés sur les scolaires. Les 8 et 9 pour le grand public. Entrée gratuite.

affiche

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire