L'actualité en continu du pays de Brive


Un lovely Brive Festival béni des cieux

Temps clément, ambiance joyeuse et record de fréquentation avec 44 596 festivaliers en quatre soirs. Retour en images sur l’édition 2023 et lancement déjà de la suivante, celle des 20 ans, avec l’ouverture dès aujourd’hui des pass 4 jours. À l’aveugle certes, mais à prix attractif et avec l’assurance de vivre “cette expérience unique”.

L’orage prédit hier aura suspendu son courroux pour le final du Brive Festival. Le ciel n’est certainement pas resté insensible à tous ses bras/doigts invocateurs tendus vers lui tout au long de ses quatre jours par des artistes sous le charme de la manifestation, de son ambiance et de son public. On l’oublie souvent mais il faut toujours cette petite part de chance dans toute réussite.

“C’est l’édition la plus aboutie, la plus proche de nos objectifs”, résume le directeur de Festival Production. Car au delà du record de fréquentation qu’il ne boude évidemment pas, c’est surtout le côté “lovely” qui réjouit le plus Stéphane Canarias. Un “lovely” les doigts en cœur, un signe identitaire attaché désormais au nom de la manifestation qui séduit les festivaliers gagnés par une sorte de légèreté du moment, une bonne humeur communicative, une envie de se détendre, de partager, de vivre simplement l’instant présent, bref de se laisser porter. Et, avouons-le, ça a fait du bien.

“Les festivals français ont a peu près tous la même programmation, à peu près au même moment, et il y en a beaucoup. Ce qui fait la différence, c’est l’expérience que nous offrons“, revendique Stéphane Canarias. Entendez par là, toutes les animations en sus de la programmation, le mur de fan, les espaces maquillage paillettes, coiffure rubans de fleurs, le concept store, la zone de chiliennes, l’espace gaming… Brive Festival s’appuie certes sur sa programmation, mais se veut surtout emballage “émotion”. Et la magie opère.

Ce “love” qu’on met partout, c’est de la bienveillance envers les gens. On accueille public et artistes de la même façon qu’on reçoit des amis chez soi. On crée  les conditions pour vivre une expérience unique. Tous les artistes sont subjugués par le monde et l’ambiance. Nous sommes devenus une étape incontournable pour le monde musical. Beaucoup de producteurs viennent aussi maintenant sur site pour voir et les artistes sont contents de revenir à Brive. Dans le catering (la cantine NDLR), on les bichonne, on casse le rythme de leur tour. Ils font des bœufs entre eux, comme Lomepal chantant Should i stay or should i go l’équipe de Pierre de Maere ou Hervé…”

Cette fois ci, à part Shaka Ponk qui revenait pour la troisième, et annoncée dernière fois, tous les autres artistes découvraient le Lovely Festival. “On restait dans notre cœur de cible avec Angèle, Izia, Juliette Armanet, Lomepal, Craig David… La prise de risque était sur Nicky Jam”, reconnait le directeur. Célèbre à travers le monde, le chanteur latino parmi les plus primés, est moins connu ici, mais c’était sa seule date en France, ce qui a drainé des festivaliers venus de loin, “même d’Espagne”. Son producteur qui chapeaute un beau carnet d’artistes, était aussi présent. “Ça m’a permis d’avoir son numéro direct, ce qui peut faciliter les choses pour la suite…”, savoure Stéphane Canarias.

Beaucoup ont également été conquis par l’énergie à revendre du chanteur Hervé. Revêtu d’un maillot de rugby floqué à son nom, l’artiste solaire s’est payé le luxe de tirer une pénalité depuis la scène. Ce sont de tels moments qui enracinent artistes comme public dans l’identité festivalière briviste.

“Il faut garder les mêmes codes et renforcer nos points forts, le côté expérience vécue, et travailler sur nos points faibles. Il n’y avait pas assez de food trucks et trop d’attente pour les toilettes”, réfléchit l’organisation au lendemain de la manifestation qui va éplucher toutes les données. Un questionnaire va d’ailleurs être envoyé dans la semaine à tous les acheteurs de billets. 2023 marque une belle édition et déjà les regards sont tournés vers la suivante, du 11 au 14 juillet 2024, Jeux olympiques obligent. La billetterie a ouvert dès ce matin et propose des pass 4 jours à 160 euros avec la possibilité d’un paiement en 4 fois sans frais (la billetterie par ici).

“Les premiers noms devraient être annoncés à l’automne, fin septembre début octobre, et la programmation complète en novembre.” Le directeur promet “une édition exceptionnelle, différente des autres pour les 20 ans. On veut que le 20e anniversaire soit une grande fête”. Les paris sont ouverts.

 

 

 

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire

quinze − treize =