L'actualité en continu du pays de Brive


Un bout de pelouse du stadium dans son jardin

Ils étaient nombreux hier en fin d’après-midi à vouloir un morceau de la pelouse qui a vu dimanche le club victorieux conclure son retour la saison prochaine en Top 14. Avant l’installation d’un nouveau terrain hybride, la Ville avait invité les supporters à récupérer gratuitement des carrés du terrain mythique alors même que les travaux ont déjà commencé.

Poches en main, cageots sous le bras, ils étaient plus d’une centaine à 17h à attendre joyeusement au pied de la tribune de l’Europe que la distribution commence. Les jardiniers municipaux avaient prédécoupé des carrés de cette même pelouse qui a vu en 1997 Brive championne d’Europe.  “Ça fait des années qu’on suit le CAB, depuis 1969”, expliquent René et Patrick venus ensemble récupérer “un symbole”. Chacun couve des yeux sa plaque engazonnée. “On va la repiquer dans le jardin.” À côté d’eux, un autre fan tient absolument à montrer une carte d’abonnement qui remonte à la même époque. Il règne une douce ambiance effervescente, reste de la folie qui s’est emparée la veille de tout un stade après la victoire de Brive sur Grenoble. “On est venu chercher un souvenir du match qu’on a vécu”, témoignent de nombreux supporters.

Christian a prévu de lui réserver une place de choix au milieu de sa pelouse. “Avec une petite pancarte signalant Pelouse du stadium“, précise-t-il. “Nous on va en faire une jardinière pour les petits”, assure un jeune couple venu avec ses deux enfants. Laurène qui habite dans le quartier, n’a pas hésité à se munir d’une brouette récupérer deux morceaux de pelouse. “C’est pour le parrain de mon petite frère. Il habite Montpon et vient souvent aux matchs, mais là, il n’a pas pu se libérer.” Ceux qui pouvaient venir on pris pour les autres. “J’ai pris deux plaques, une pour moi et une autre qui part à Toulouse.”

Avant de repartir, le jeune Félix tient absolument à prendre en photo son précieux souvenir dans le contexte. Après la folie d’hier, la légèreté festive. Plus loin, les agents municipaux s’activent à démonter les en-buts et la main courante. Le chantier de remplacement a déjà débuté. “Nous avons pris l’option d’une pelouse hybride avec une base en fibre synthétique sur laquelle on va faire pousser du gazon naturel“, explique l’adjoint aux sports Jean Santos venu avec le maire Frédéric Soulier assister à la distribution. “La base synthétique va renforcer la résistance du gazon naturel et diminuer le risque d’arrachements par temps pluvieux. Demain matin, les pelleteuses seront sur le terrain car le temps est compté. Le 6 juillet, nous avons prévu de ensemencer le gazon naturel. Il aura deux mois pour prendre: le premier match du CAB est prévu pour le week-end du 6 et 7 septembre. Les délais sont très restreints. Ensuite, ce sera un suivi quotidien garanti zéro phyto 100% bio. La collectivité s’est engagée dans cette voie depuis plusieurs années.”

La pelouse du stade Amédée Domenech n’est pas la seule à connaître un lifting en profondeur. Les travaux sont aussi en cours sur le terrain annexe Jean-Marie Soubira. L’option prise est cette fois du tout synthétique et la pelouse doit être achevée en septembre.

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Laisser un commentaire