L'actualité en continu du pays de Brive


Un ampli à tubes haut de gamme made in Corrèze

L'Archet 845 entre Denis Dumont (Prâna) et Pascal Rougier (Hifidylle)

La société Prâna était déjà dans les amplificateurs, mais à large bande pour l’industrie. Son mélomane patron Denis Dumont a concrétisé son rêve, en concevant, avec le spécialiste du son Pascal Rougier, un ampli de prestige à tubes : l’Archet 845. Il s’ouvre un marché de niche. Et ce n’est qu’un début.

 

Archet 845 Le bébé pèse allègrement les 40kg, ses deux grandes lampes 845 parent de lumière une ligne noire épurée et lorsqu’il se met à gazouiller, c’est comme si vous aviez installé tout l’orchestre dans votre salon, qu’il distille du classique comme du jazz. Dans le cercle très averti des audiophiles, cette naissance saluée par le site audiophilefr a évidemment circulé à la vitesse du son hifi. La famille des constructeurs d’amplis haut de gamme ne s’agrandit pas tous les jours d’un nouveau membre, français de surcroit, d’autant que celui-ci n’était pas a priori de la partie.

Sa conception est est en effet 100% corrézienne. On l’a doit à la société Prâna de Malemort, spécialisée dans la fabrication certes d’amplificateurs mais à large bande destinés à de grands laboratoires, principalement de l’aéronautique ou de l’automobile. Denis DumontDans sa clientèle: Airbus, Dassault, Thales, Continental, Toyota, Mitsubishi, Epson, Legrand, Epson… “Prâna emploie 26 personnes et affiche un chiffre d’affaires de 4 millions d’euros, mais nous exportons 85% de notre production, surtout en Allemagne et au Japon”, résume son gérant Denis Dumont qui compte aussi sur ce réseau à l’étranger pour révéler son bébé.

Cet électronicien mélomane, et audiophile averti, murissait depuis longtemps le rêve de fabriquer un ampli. Chez lui, il les collectionne presque, passant de l’un à l’autre au gré des registres et de ses humeurs. Jusque dans son bureau. “Il y a autant de sonorités que de systèmes. C’est comme avec le vin, on ne prend pas toujours le même”, compare ce gastronome qui vient également d’ouvrir un restaurant à Noailhac.

Pascal Rougier et Denis Dumont“Moi, je suis un tubiste”, assure ce fan de Mahler et de 845, lampe de référence. Aux oreilles sensibles, les amplis à tubes (ou lampes) offrent une restitution sonore plus réaliste, moins électronique, plus “chaleureuse”. Un puriste. Alors l’ancien de Philips Hyperlec a fait plancher ses ingénieurs plutôt versés “transistor”, l’autre composant plus largement répandu en hifi. Un choc des cultures. Encore fallait-il les bons tubes. “On a fait fabriquer les lampes sur place à Brive chez Covimag, avant que l’activité ne s’arrête. On en a tout un stock.” Le prototype a été soumis à plusieurs reprises au spécialiste Pascal Rougier, propriétaire de l’enseigne Hifidylle qui a apporté ses conseils sur la finition technique comme esthétique. Il aura fallu 2 ans pour arriver au produit homologué, ce numéro 1 estampillé Archet 845 qui trône dans le magasin.

Archet 845 Hifidylle 5L’ampli se connecte aussi bien sur une platine vinyle qu’un lecteur CD ou un ordinateur. “C’est de la haute couture”, assure Pascal Rougier pour qui le prix du produit, environ 10.000 euros, le destine à une clientèle sinon aisée, ce qu’il refuse, assurément de passionnés. “Un produit de niche”, pour le patron de Prâna qui espère continuer sur cette lancée, cette fois avec un transistor. Pour diffuser le produit auprès des auditoriums et des réseaux d’amateurs, il vient d’ailleurs d’embaucher un jeune issu de Négoventis, une formation bac+2 d’INISUP Brive. Les deux compères envisagent aussi de proposer au printemps “un salon associant les plaisirs audiophiles et gastronomiques”, tiens, tiens!

Archet 845

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire