L'actualité en continu du pays de Brive


Top 14 : le CABCL renoue avec la victoire face au Stade français

Les Brivistes ont renoué avec la victoire d’une manière nette et sans bavure face au Stade français. Un succès précieux acquis au terme d’un match sérieux.” les joueurs on fait le boulot, bravo à eux. Secouer le Stade français comme on l’a fait c’est un résultat très positif, surtout quand on sait d’où on vient”, admet Ugo Mola adossé à un mur du couloir des vestiaires. Effectivement les Brivistes ont joué juste et bien dans ce match de la peur. Ils trembleront dès les premières minutes quand Ollie Phillips marque dans les premières minutes un essai. Ce ne sera qu’un mirage, un feu de paille vite consommé, Bélie puis Caminati vont se charger de ramener à la raison cette adversaire trop brouillon et tellement indiscipliné. Les Brivistes n’ont pas sorti le match de l’année mais ils ont raison de ne pas bouder leur plaisir. Thibault Dubarry a signé encore une fois une grosse partie, il a été l’un des artisans de ce succès si chèrement acquis. ” Sur la mêlée qui permet à Antonie Claassen de marquer on s’est parlé avec les yeux, avant l’introduction, on savait qu’on allait les détruire, on y a mis tout notre cœur, quand on est à 5 mètres de la ligne il y a aussi une énorme euphorie”, assure le garçon. Les Brivistes ont mis régulièrement à la faute leurs adversaires. Julien Caminati d’une adresse diabolique a marqué tout ce qui se présentait. A aucun moment on a eu le sentiment que le match pouvait échapper à ces Corréziens tant ils mettaient  un flot de solidarité et d’application sur chacune des actions. Guillaume Ribes a le visage griffé, marqué par le combat  mais le petit homme est heureux : ” on aurait signé de suite pour un tel résultat, on a répondu présent sur l’engagement, pour une fois on a joué avec la tête et bien sur l’envie était présente ce soir. On avait vu les Parisiens à la vidéo et on savait que si on les contrait devant ce serait difficile pour eux”. Effectivement  ce fut compliqué pour les Parisiens et ce n’est pas l’essai qu’ils marqueront en fin de match qui changera la donne, le score final claque comme un coup de fouet 26 à 10. Maintenant si la Rochelle et Agen gagnent demain, les Corréziens seront toujours sur la première marche de l’échafaud.


Jean René LAVERGNE

Jean René LAVERGNE

Laisser un commentaire