L'actualité en continu du pays de Brive


Thé dansant à Brassens

Changement de lieu pour le deuxième thé dansant de la saison qui se tient cet après-midi dans la salle Brassens. Plus d’une centaine de personnes se sont retrouvées pour le seul plaisir de danser et passer un bon moment.

Quelques tables rondes joliment agrémentées autour de la piste. Sur scène, Nadine Andrieux enchaîne à l’accordéon le vaste registre des danses de salon, faisant tourner et retourner les amateurs du genre. Même ceux arrivés en s’appuyant sur une canne, n’ont pas tardé à s’émarger de leur béquille pour se lancer dans quelques pas rajeunissants. “C’est bon pour le moral”, scande le chanteur en reprenant la béguine de la Compagnie créole. Et c’est bien le but du rendez-vous. C’est dans le cadre du label « Bien vieillir » que la Ville, à travers son Centre communal d’action sociale, organise une série de thés dansants, quatre jeudis distillés dans l’année, un par saison. Il s’agit d’un après-midi festif visant à réunir des personnes isolées et/ou aimant la danse.

La Ville, porteuse du projet, en confie pour chaque date la gestion à une association qui choisit elle-même l’orchestre et gère la billetterie. Après Le Trait d’union briviste qui avait ouvert le bal le 15 février dernier, c’était aujourd’hui le tour de France Alzheimer de s’atteler à l’exercice. “Au-delà du plaisir de passer un bon moment et de créer du lien, c’est l’occasion pour nous de rendre visible notre association,” explique son président Christian Bruguet, “et de récolter des fonds pour nos actions à destination des aidants familiaux”. Certains aidants et même des aidés ont d’ailleurs profité de l’animation. “Ça manque de cavaliers”, n’ont à nouveau pas manqué de remarquer quelques participantes, “il faudrait vraiment engager des taxi-danseurs.”

Le prochain thé dansant est prévu le jeudi 20 septembre à 14h. Il devrait avoir lieu si le temps le permet façon guinguette en extérieur dans les jardins de la Guierle, à l’occasion justement de l’inauguration du kiosque, à défaut salle Chadourne.

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Sylvain MARCHOU

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Sylvain MARCHOU

Laisser un commentaire