L'actualité en continu du pays de Brive


Testé pour vous : la visite gourmande de l'Office

intro visite brive la gourmande

C’est une toute nouvelle visite proposée cet été par Brive tourisme. En 2 heures de temps, “Brive, la gourmande” vous entraine dans le patrimoine gastronomique en vous faisant entrer chez deux artisans réputés, l’un chocolatier, l’autre maitre liquoriste. Une visite qui se déroule un jeudi sur 2, de 10h à midi, et vous réveille les papilles. Nous, on en salive encore. Les prochaines visites auront lieu les 23 juillet, 6 et 20 août. Vous pouvez vous y inscrire jusqu’à la veille, mais le nombre de places étant limité…

 

degustation chocolat10h. La visite commence dès la sortie de l’Office, sur la Guierle. “Ce mot signifiait les ilôts. Le lieu a été assainit et s’y tenait les grandes foires commerciales”, explique Séverine. Notre guide du jour évoque rapidement foires grasses et autres marchés qui ont fait la réputation de Brive, sans oublier cette douzaine de gaillardes qui se crêpaient un jour le chignon à propos de bottes d’oignons. Incontournable. “C’est une visite qui est centrée sur le patrimoine culinaire. Nous l’avons créée cet hiver pour un groupe mais elle peut intéresser plus largement les touristes comme les Brivistes eux-mêmes.”

eric lamyLa visite chemine doucement dans le centre historique, au gré de l’architecture urbaine. La rue de Corrèze suscite une parenthèse sur la tradition ardoisière et donc des vignes qui entouraient la cité. Les jeunes arbres du Civoire font le lien avec les chênes truffiers et ainsi de suite à travers les petites rues pour se retrouver à 10h30 dans l’atelier du chocolatier Lamy.

L’artisan a savamment intégré la visite dans le fonctionnement de l’atelier. “Le but, c’est que le visiteur s’immerge avec nous dans notre métier. C’est lui qui va poser des bonbons et des aiguillettes d’orange sur le tapis de l’enrobeuse, faire le décor dessus et à la sortie les mettre en sachet qu’il emportera. La visite est active.” Et “c’est moi qui l’ai fait”, peut-on se vanter ensuite. Pendant les 8 minutes que prend le séchage à raison d’un mètre minute (ça vous donne la longueur du tapis), l’intarissable Eric Lamy en profite pour parler avec une passion gourmande de la fabrication du jour.

mise en sachet des chocolats“Aujourd’hui, nous faisons notre praliné d’amandes noisettes, avec 66% de fruits et 44% de sucre.” L’odeur embaume tout l’atelier. “Il faut 6 jours de fabrication : un jour pour le séchage et 5 de brouillages successifs”, détaille-t-il en vous faisant déguster au passage des chocolats d’origine différentes. Et contrairement à l’idée répandue, un chocolatier mange aussi du chocolat… beaucoup même. La visite a duré un petit quart d’heure, dans une notion de “partage et de découverte du métier”. “Ce n’est pas commercial car il n’y a pas de passage par le magasin”, assure l’artisan. Mais il y a fort à parier qu’après un tel échange, les visiteurs garderont la bonne adresse.

noix vertes“La culture des noyers est très présente dans la région avec des appellations Noix du Périgord pour plusieurs variétés, Corne, Marbot…”, distille déjà Séverine en cheminant vers la seconde étape: la maison Denoix, maître liquoriste depuis 1839. Heureux hasard, on y broie justement aujourd’hui les noix vertes. “Beaucoup de gens pensent que nous fabriquons à partir des noix mures”, s’étonne toujours Sylvie Denoix Vieillefosse.

“Le jus extrait restera 5 ans en fût de vieillissement. C’est lui qui va servir de base à la liqueur et au vin de la maison.” La petite-fille du fondateur, il n’y a pas meilleur remède. Pour preuve, “nos grands-mères se soignaient avec et  elles l’arrangeaient pour que ce soit agréable à boire.” Ce sont ces recettes qui se sont transmises à travers les générations.

senteurs d ecorcesDans ces murs, il n’y a pas plus “puriste”: la maison fabrique ses propres saveurs à partir de graines, plantes et écorces séchées. “Surtout pas d’arôme naturel”, se défend la maîtresse des lieux. “Ici, vous trouverez un goût unique.” La visite s’achèvera par une dégustation assujettie de conseils pour savourer la liqueur: la façon de tenir le verre, de garder en bouche… Et l’héritière de la tradition garde le meilleur pour la fin en faisant prendre conscience aux visiteurs de la rareté du moment: “Vous goûtez une spécialité fabriquée au même endroit depuis plus de 150 ans, par la même famille, et avec la même famille”.

En deux heures de temps, cette visite gourmande vous ouvre les portes de deux artisans passionnés en vous faisant tutoyer leurs petits secrets de fabrication. Une matinée qui met en appétit et ça tombe bien, il est midi.

*************

Les visites proposées par l’Office sur Brive:

  • degustation denoixla gourmande, une incursion dans le patrimoine gastronomique avec la visite chez deux artisans locaux. Les jeudis 23 juillet, 6 et 20 août, à 10h. Durée 2 heures, à partir de 5 personnes. Tarif: 8 euros par personne et réservation jusqu’à la veille au soir.
  • la classique, une plongée dans Brive, son histoire et son patrimoine, à travers une visite du centre historique. Du lundi au vendredi à 10h30, 14h et 16h, tout juillet et août. Durée: 1 heure et demie. Tarif: 5 euros par personne (à partir de 12 ans), réservation jusqu’au départ de la visite.
  • la nocturne, une façon de voir la ville sous un autre éclairage (d’autant que la visite peut se faire aux flambeaux), à travers ses histoires magiques et ses hommes célèbres. Tous les jeudis à 21h en juillet et août, à partir de 8 personnes. Durée: 1 heure et demie. Tarif: 5 euros (à partir de 12 ans) + 2 euros pour le flambeau (facultatif).
  • la jeune, un jeu de piste pour les 7 à 15 ans, munis d’un livret et d’un crayon. Un façon ludique de découvrir le patrimoine architectural. Chaque mercredi à 10h30 en juillet et août, à partir de 5 enfants. Durée: 1 heure et demie. Tarif: 5 euros par enfant.

Plus d’infos à Brive tourisme, place du 14 juillet, au 05.55.24.08.80 ou sur brive-tourisme.com.

 

Marie Christine MALSOUTE

Marie Christine MALSOUTE

Laisser un commentaire