L'actualité en continu du pays de Brive


Spirale du surendettement et impasse budgétaire

36034_une-billets--dette

Hier soir, le conseil municipal a été largement consacré à la présentation de l’audit réalisé par un cabinet d’experts sur la situation financière de la Ville. Bilan, constat et perspectives ont été présentés aux conseillers municipaux et seront débattus le 11 mars prochain lors d’un nouveau conseil consacré au débat d’orientations budgétaires.

C’est l’un des représentants du cabinet d’expertise toulousain qui a réalisé cet audit qui a fait, hier soir, une présentation détaillée de la situation financière de la Ville. Une situation très préoccupante qui restera excessivement difficile jusqu’en 2017 au moins. En résumé, il apparait selon cette étude, qu’entre 2008 et 2014, Brive a vécu au dessus de ses moyens.

graphiqueLa Ville a connu une évolution plus rapide de ses dépenses que de ses recettes avec comme conséquence la disparition de ses capacités d’épargne, donc de sa faculté à pouvoir investir sur ses propres fonds. Dans ce contexte, l’emprunt est devenu la source principal d’investissement et qui dit emprunt dit remboursement. Le résultat est une dette qui est passée de 42 millions d’euros en 2008 à 89 millions en 2014. Une augmentation qui place Brive dans le peloton de tête des villes les plus endettées par habitant avec en 2014, 1801 euros.

A cette situation “risquée” est venue s’ajouter la baisse de la dotation de l’Etat. Baisse qui continue et s’amplifie jusqu’en 2017 avec quelques 2 millions d’euros de moins par an. “Une double peine” pour Frédéric Soulier, “qui contraint la Ville à trouver 5 millions d’euros d’économies de fonctionnement dans les 3 ans qui viennent”.

Face à ce constat, l’expertise propose plusieurs pistes pour redresser la barre et tenter de revenir à un équilibre financier plus sain. 492558_1Ces perspectives n’ont pas donné lieu à débats hier soir. Le maire souhaite en effet, par souci de cohérence, que tout cela soit discuté le 11 mars prochain lors du débat d’orientation budgétaire. Néanmoins, l’opposition a pris position à l’issue de la présentation de l’audit.

Philippe Nauche, notamment, n’a pas souhaité remettre en cause le constat de l’expert “tout en assumant la situation“, et en souhaitant dédramatiser les choses. Selon lui, “si la Ville a autant investi sous sa mandature, c’est en grande partie parce que très peu avait été fait par ses prédécesseurs et que Brive avait besoin de ces investissements“. Alors, gestion rigoureuse pour les années à venir, “oui” affirme l’ancien maire qui précise, “des efforts sont nécessaires et je pense que c’est sur leur nature que nous aurons des divergences”, soulignant notamment en ce qui concerne les économies sur le personnel “de la nécessité du dialogue social“. Rendez-vous est pris pour le 11 mars prochain.

Patrick MENEYROL

Patrick MENEYROL

Laisser un commentaire