L'actualité en continu du pays de Brive


Soutenir le commerce local, un acte militant

“Moi: j’achète local”, c’est le positionnement militant d’une campagne de communication lancée par la Ville de Brive pour soutenir les commerces de proximité à nouveau durement impactés par le confinement. La Ville facilite également l’accès aux commerces grâce à une cartographie numérique (ici) et en affectant les après-midi les places de livraisons au “cliquez et retirez” avec une gratuité de 10 minutes. En décembre, les deux parkings souterrains seront également gratuits.

 

“Moi: j’achète local”, habituez-vous à ce visuel car il va fleurir sous forme d’affiches dès lundi prochain comme sur tous les supports municipaux et en autocollants. “C’est un acte militant pour la sauvegarde de nos commerces de proximité“, déclarait ce matin Frédéric Soulier en présentant tout le dispositif qui se met en place. Déjà vendredi dernier, le maire de Brive comme nombre de ses homologues avait autorisé par arrêté l’ouverture de commerces dits non essentiels alors que le confinement leur faisait baisser le rideau. Un positionnement qui visait à souligner l’inégalité de traitement entre la grande distribution et le petit commerce. Si depuis le Gouvernement a tranché en fermant certains rayons de grandes surfaces, un autre danger menace. “Le problème aujourd’hui n’est plus entre grandes surfaces et petites boutiques, mais entre commerce local et virtuel. Chaque jour compte pour nos commerces en cette période d’achat des fêtes de fin d’année.” Une question de survie pour les 618 commerces de proximité qui représentent 860 emplois sur Brive.

De fait, le slogan sonne comme un acte de résistance: il s’agit de faire bloc autour de nos commerçants. “Ne vous ruez pas vers les géants du numériques pour faire vos achats, réservez-les en revanche prioritairement aux commerces locaux.” Beaucoup ont mis en place d’autres modes de transaction pendant leur fermeture, sous forme de livraison, drive ou cliquez et retirez (clik and collect). Ils sont aussi de plus en plus nombreux à maintenir le lien via Facebook ou à se doter d’un site internet. Dans cette mutation numérique, ils sont d’ailleurs aidés par le dispositif Briv’accélère mis en place fort à propos par l’Agglo il y a un an. Ce dispositif apporte commerçants et artisans un appui logistique et une aide financière. 174 entreprises ont déjà intégré cette démarche, 124 l’ont finalisé, ce qui représente près de 246.000 euros de subvention soit une aide moyenne de 2.000 euros. “Depuis le 2 novembre, nous avons beaucoup de demandes. Le confinement a mis en lumière la nécessité du numérique pour avoir de la lisibilité. Ceux-qui ont des sites e-commerce peuvent continuer à travailler”, explique la chargée de mission Mélany Decemme.

Précipité dans son calendrier par le contexte sanitaire, Briv’accélère actionne dès maintenant son deuxième volet: la création d’une plateforme en ligne recensant le commerce de proximité. Elle est prévue pour début 2021. Mais sans attendre, les services mutualisés Ville/Agglo ont déjà élaboré en amont une cartographie numérique des commerces. Elle est accessible par ordinateur, tablette ou smartphone depuis le site brive.fr et agglodebrive.fr. Chaque commerce y figurant est localisé par un pictogramme sur lequel il suffit de cliquer pour avoir les renseignements utiles: si le commerce est actuellement ouvert ou fermé, s’il propose des livraisons, l’envoi postal, le clik and collect, on y trouve aussi son téléphone, son Facebook ou son site…  On peut également faire des recherches par nom ou secteur d’activité.

Cette cartographie est encours d’élaboration et va être complétée au fur et à mesure. Si vous souhaitez y voir intégrer votre commerce, vous pouvez contacter le 05.55.18.16.03. La démarche est saluée par l’Office du commerce de Brive qui a commencé à y répertorier le centre historique. “Certains ont encore du mal à passer au numérique, c’est souvent un problème de générations”, explique son représentant, le lunetier Adrien Castagné. “Il nous faut mettre en avant nos savoir-faire. Ce qui fait notre force et notre différence par rapport au virtuel, c’est l’interaction humaine, les services apportés, les conseils. Mais il faut que le commerce d’aujourd’hui évolue. Cette crise nous touche économiquement et il y aura des pertes de chiffre d’affaires importantes, mais on continue à se battre. Beaucoup essaient d’ailleurs de travailler en clik and collect. ”

Afin de faciliter ce nouveau mode de transaction, la Ville a d’ailleurs décidé de redéfinir l’utilisation de ces 207 places de livraison qui serviront aussi au drive l’après-midi avec une gratuité de 10 minutes. La procédure sera opérationnelle dès le 16 novembre sur l’horodateur. Il suffira de sélectionner le bouton “gratuité” puis de faire le choix “drive”. “La volonté de la mairie est d’aider les commerçants à s’adapter aux nouveaux modes de consommation, peut-être en proposant aussi des nocturnes, de nouveaux horaires, de travailler sur rendez-vous…”, lance Steeve Clog-Dacharry, conseiller municipal délégué au commerce, artisanat, attractivité du centre-ville. Notamment en cette période et notamment à l’approche des fêtes de fin d’année. Un Noël particulier, sans son traditionnel marché autour de la collégiale, sans ses spectacles de rue qui généreraient des rassemblements. “Mais le budget qui y était affecté est entièrement dédié à la mise en lumière de la ville.” Des illuminations et fresques sur façades que les Brivistes pourront admirer lors de leurs déambulations.

 

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Marie Christine MALSOUTE, Photos : Diarmid COURREGES

Laisser un commentaire