L'actualité en continu du pays de Brive


Soldes d’été 2010: un bilan assez satisfaisant

Avec un chiffre d’affaires supérieur ou égal à celui de l’été passé pour les trois quarts des commerçants sondés, le bilan des soldes d’été se révèle plutôt positif à Brive. C’est en tout cas le bilan dressé par l’observatoire économique du bassin de Brive qui a livré ce matin les résultats d’une enquête réalisée du 15 au 21 juillet auprès de 120 commerçants du secteur « équipement de la personne ». Deux faits notables: des résultats en progression comparativement à l’été dernier et un nombre inférieur de rabais massifs.

Les soldes d’été 2010, qui avaient débuté le 30 juin, soit une semaine plus tard que l’an dernier, se terminent aujourd’hui. Avec un chiffre d’affaires en hausse, 66% des commerçants sondés se déclarent satisfaits ou très satisfaits contre 57% l’été dernier. Le bilan des soldes de l’été 2010 s’avère ainsi globalement positif. Il faut dire que les commerçants ont bénéficié d’un printemps pluvieux et d’un démarrage des soldes sous un soleil radieux. Le facteur météorologique aura donc incontestablement joué sur les bons chiffres des deux premières semaines. D’autres raisons expliquant ce bilan sont à avancer, parmi lesquelles le choix, dans la plupart des ménages, d’attendre les soldes pour faire les achats vestimentaires et du côté des commerçants, une gestion prudente des stocks.

De gauche à droite, Xavier Lafon chargé d'études, Anne Mambrini, responsable de l'Observatoire économique et Stéphanie Cromarias, attachée technique au commerce

Si le chiffre d’affaires est supérieur ou égal à celui de l’an passé pour 77,5% des commerçants (contre 61% l’été dernier), le nombre de démarques pratiquées est lui à la baisse. Par exemple, 28,5% des commerçants contre 35% l’an passé, ont pratiqué plus de deux démarques. En ce qui concerne les remises, des réductions de 50% ou plus étaient pratiquées l’an passé par 56% des commerçants; cette année, ils n’étaient plus que 41% à les proposer dès le démarrage.

Concernant l’organisation de ces soldes d’été, l’avis des commerçants est partagé. S’ils sont encore 38% à penser que les soldes commencent trop tôt, 29,5% – et c’est un fait nouveau – estiment leurs débuts trop tardifs. « Si les soldes doivent commencer durant la deuxième quinzaine de juin, autant que le date soit avancée pour éviter le creux induit par les congés et les départs en vacances », rapporte Anne Mambrini, responsable de l’observatoire économique. Concernant la durée de 5 semaines, les avis restent également partagés puisque si 56,5% des commerçants la jugent satisfaisante, ils sont encore 37,5% à la trouver trop longue. Les chiffres montrent que les commerçants sont favorables au raccourcissement de la période: en 2008, lorsque les soldes couraient sur 6 semaines, les commerçants étaient 55% à juger cette période trop longue.

A l’échelle nationale, les soldes flottants – qui désignent des périodes de soldes fixées librement par chaque commerçant – sont dans le collimateur. Nombreux sont ceux qui estiment qu’ils ne contribuent qu’à égarer le client. A Brive, 21% des commerçants sondés ont organisé des soldes flottants (contre 23% l’an dernier) et 26% envisagent d’en organiser au second semestre 2010. Pour plus de cohérence, de nombreux commerçants du centre ville se sont concertés et ont décidé de pratiquer des soldes flottants du 11 au 16 octobre, lors du commerce en fête qui se déroulera du 6 au 16 octobre.

Jennifer BRESSAN

Jennifer BRESSAN

Mot clé

Laisser un commentaire

14 − 5 =