L'actualité en continu du pays de Brive


Secours Catholique: un rapport sur l'emploi des plus pauvres

Tous les ans, le Secours Catholique sort un rapport statistique, toujours très attendu. Récemment, l’antenne régionale présentait ce rapport qui traite du sujet de l’accès à l’emploi pour les plus pauvres.

« Pour les plus pauvres, accéder à l’emploi est un parcours du combattant », image Christian Renault, ex-commandant du 126e RI devenu président du comité diocésain et vice-président de la délégation du Limousin du Secours Catholique.

En 2012, l’association caritative a reçu, dans ses nombreuses antennes en France, 580.000 ménages, soit environ 1,5 million de personnes.

« Le rapport est basé sur ces personnes-là, sachant que beaucoup de ceux qui viennent frapper à notre porte vont également dans d’autres associations du même type », assure Christian Renault. « Un rapport basé sur tant de personnes offre forcément un reflet assez fidèle de la pauvreté en France ».

Sur les 1,5 million de personnes, 70% sont seules, un tiers sont de nationalité étrangère, 19% n’ont pas le moindre revenu. Seulement 19% des actifs ont un emploi, 68% étant inscrits sur les listes de demandeurs d’emplois. Parmi ces derniers, 3 sur 10 ne touchent aucune indemnité chômage.

« Dans ces conditions, il est bien difficile de trouver un emploi, d’autant plus qu’il n’y a que 2,5% des actifs qui ont bénéficié d’une formation professionnelle en 2012 ».

En Limousin, le président Christian Renault a pu constater, toujours grâce au rapport annuel, que « le niveau de vie des accueillis est plus bas qu’ailleurs » même si « les impayés sont moins nombreux que dans d’autres régions, sauf en ce qui concerne l’énergie puisque 57% des impayés en Limousin sont liés à la facture énergétique« .

Des constats et des propositions

En Limousin, le Secours Catholique, fort de 400 bénévoles et de 36 lieux d’accueil, reçoit environ 12.000 personnes par an. 5% des accueillis de la population active ont un emploi, deux tiers sont inactifs, le reste étant constitué de retraités de moins de 65 ans.

Le rapport liste 18 freins à l’emploi des plus pauvres et fait 8 propositions. Christian Renault en retient 4 qui lui semblent cruciales: « créer plus de chantiers d’insertion, développer la synergie entre acteurs publics, entreprise et associations, orienter ou réorienter vers des formations professionnelles dans des métiers qui recrutent, et restaurer le droit au travail des demandeurs d’asile ».

Une équipe de « retour à l’emploi » à Brive

Le Secours Catholique ne se contente pas de constater et de proposer. Il agit également. A Brive, une équipe de « retour à l’emploi » s’occupe de personnes désireuses de trouver ou retrouver un emploi. « Un accompagnement de tous les instants et un travail de longue haleine », explique Chrisitian Renault.

« Pour l’heure, 6 personnes sont soutenues dans leurs démarches par des parrains, qui sont de jeunes retraités qui connaissent bien le monde du travail et qui font au mieux pour que la recherche d’emploi se passe bien ».

Le rapport statistique 2012 du Secours Catholique est à découvrir en cliquant ici.

Olivier SOULIÉ

Olivier SOULIÉ

Laisser un commentaire

quatorze + cinq =