L'actualité en continu du pays de Brive


Scamaroni: des valeurs à léguer aux générations futures

depot de gerbes Scamaroni 1pano

Ce lundi a marqué le souvenir d’un homme d’exception. Toute la journée, des cérémonies, des débats, ont rendu hommage à Godefroy Scamaroni, dit Fred Scamaroni. Ce corse de naissance, qui a passé une partie de sa jeunesse à Brive, fut, pour son héroïsme, le premier français à être fait compagnon de la libération par le général de Gaulle. Martyr, mort pour la France, les valeurs qu’il défendait sont un exemple pour tous, et notamment pour les plus jeunes d’entre nous. C’est pourquoi, 150 collégiens de Cabanis ont participé à cette journée de mémoire.

depot de gerbes Scamaroni2C’est par une cérémonie au monument aux morts qu’a débuté cette journée du souvenir. Hommage à Fred Scamaroni, mais aussi à tous les préfets qui, au cours de la seconde guerre mondiale, ont fait le choix de la liberté et de la résistance. Leurs noms ont été cités, un par un, par des élèves de 3e, avant que le sous-préfet de Brive, Guy Mascrès, entouré du neveu de Fred Scamaroni et de son épouse, ainsi que des représentants d’associations d’anciens combattants et du souvenir français, et de personnalités politiques, Sous pref cabanis2déposent des gerbes de fleurs devant le monument commémoratif.

Ces jeunes, de Cabanis, se sont ensuite retrouvés dans leur collège, dans l’amphithéâtre qui porte le nom de Scamaroni. Ce dernier fut en effet élève en ces murs entre 1924 et 1928 alors que son père était sous-préfet de Brive. Ces 150 jeunes ont pu, pendant près d’une heure, apprendre tout sur ce qu’est un préfet, son rôle, son importance. Conference pref a la cciC’est Guy Mascrès en personne qui a mis en pratique ses talents d’orateur pour présenter, expliquer, animer et répondre aux questions d’un public, certes jeune, mais faisant preuve d’un bel intérêt pour le sujet.

Plus tard, en début d’après-midi, c’est une conférence plus historique à laquelle les élèves étaient conviés à la CCI. Guy Mascrès, qui fut le fil rouge de cette journée, était entouré pour l’occasion de Michel Anfrol, ancien journaliste de TF1 et membre de la Fondation Charles de Gaulle, qui a présenté la vie de Fred Scamaroni et de son épouse Marie-Claire, et de Arnaud Benedetti, petit neveu de Jean Benedetti, « un préfet dans la résistance ». Sous pref plaque Scamaroni2Grande qualité des intervenants, d’un niveau très élevé, un peu trop peut-être pour des élèves de 3e qui, malgré tout, ont su se montrer sensibles à ce devoir de mémoire, véritable passage de témoin aux futures générations des valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité qui animaient ces hommes qui avaient su dire non à Pétain et au Nazisme.

Cette journée du souvenir s’est terminée à la sous-préfecture de Brive, là même où Fred Scamaroni a passé plusieurs années de sa jeunesse. Une salle a été baptisée de son nom. Moment émouvant pour tous, notamment pour les membres Sous pref plaque Scamaroni3de sa famille présents, qui a débuté et fini par des chants corses, la patrie de cœur de Scamaroni dont il voulait faire le premier département français libéré à la fin de la guerre. Un moment qu’il ne verra pas, à quelques mois près, puisqu’il se donna la mort en 1943, après avoir été torturé, dans la citadelle d’Ajaccio. Avant, il prit le temps d’écrire, avec son sang, sur le mur de sa cellule: « je n’ai pas parlé. Vive la France. Vive De Gaulle. »

Patrick MENEYROL

Patrick MENEYROL

Laisser un commentaire

dix-sept − huit =