L'actualité en continu du pays de Brive


Rugby : le CABCL trop court face au Racing (25-18)

Des regrets encore des regrets, mais la vérité est cruelle, c’est la défaite qui plombe sérieusement les espoirs de qualification pour le CABCL. Le début catastrophique de la seconde période a au final pesé lourd.L’oreille droite de Pascal Idieder est sanguinolente, stigmate d’un rude combat. Le pilier du CABCL  n’est pas du genre à s’arrêter à ce genre détail. Comme d’habitude, il a tout donné, mais dans cette salle de presse, il donne l’impression de courber l’échine, le poids de la déception est lourd sur les épaule du solide gaillard. “On était venu avec d’autres ambitions que le seul point du bonus défensif. Ce soir, le Racing a sept points d’avance, c’est  beaucoup. A la mi-temps, on y croyait (12-8), on avait marqué un essai sur une pénalité jouée rapidement à la main, puis le début de la seconde période est catastrophique, c’est un miracle de ramener un point.”

Effectivement la deuxième mi-temps est un véritable cauchemar pour les Brivistes. Alexis Palisson dégage sur sa ligne d”essai quand il est contré par Sébastien Chabal en personne. Le géant se fait un plaisir de marquer, les Corréziens  sont à côté du sujet. Cet essai sème le doute. ”On y était plus. En face tout leur réussissait, on avait perdu nos repères et notre rugby”, concède Pascal Idiéder. Alors, tout va s’enchainer comme dans un mauvais scénario, sur une énième séquence, Sirili Bobo va inscrire un second essai. Il reste vingt minutes à jouer, le score est sans appel (25-8).
A cet instant, tout peut arriver, les Brivistes peuvent couler à pic et sombrer ou bien alors se révolter comme des insoumis. Ce sera la réaction d’orgueil.
Sur quelques actions impulsées souvent par Alexis Palisson, le jeu corrézien est plus tranchant, plus incisif. Sur une accélération, Jamie Noon va crever ce dernier rideau distendu. L’essai qui permet de revenir dans le coup, de faire douter Chabal et ses potes. (25-15).
Les Brivistes ont comme par magie retrouvé leur rugby d’instinct et d’inspiration. Les Parisiens ont perdu de leur superbe et le doute semble les envelopper quand Alexis Palisson réussit la pénalité qui permet à lui et aux siens de revenir à 7 points. (25-18).
Les Parisiens auront encore une grosse frayeur quand Cooke échoue à quelques foulées de la ligne d’essai.
“Nous avons perdu. Autant, je n’ai pas apprécié ce début de seconde mi-temps, autant je suis fier de la réaction des gars en fin de match. Il reste trois matchs, beaucoup de choses peuvent encore se passer”, explique Christophe Laussucq, l’un des entraîneurs.
Prochain rendes-vous dans une petite semaine face à Bourgoin. Pour préparer ce match, toute la famille va partir en stage à Bugeat. Ce sera un match de championnat, mais aussi celui du centenaire. Pendant ce temps là, le Racing fera un crochet par Toulouse… Ce soir, les Brivistes ne se retrouvent pas dans une situation idéale pour espérer arracher cette place si convoitée de sixième. Ils doivent compter sur un faux pas de leurs rivaux, et c’est bien tout le problème.

Jean René LAVERGNE

Jean René LAVERGNE

Mot clé

Laisser un commentaire