L'actualité en continu du pays de Brive


Rugby : le CABCL renoue avec la victoire devant l’USAP (26-11)

Le CABCL n’avait pas droit à un second faux départ aux risques d’hypothéquer sérieusement la suite de la saison. Ce soir, les Brivistes ont remis les choses en ordre de marche et dans le bon sens. Ils sortent rassurés de cette confrontation avec le vice-champion de France, l’USAP. Le score est sans appel (26-11).

Les Corréziens se devaient de réagir après la claque de la semaine dernière, ce soir ils ont été à la hauteur de l’événement, il n’y avait pas de place pour un nouvel acte manqué. Un démarrage au quart de tour, avec un début de match à plein régime. Les Brivistes vont mettre à la faute des visiteurs qui ne semblent pas dans leur meilleur jour, ou si c’était cette équipe briviste qui avait retrouvé ce rugby où se mêle efficacement l’envie et l’enthousiasme. “Je puis vous assurer que cette équipe de Perpignan c’est du solide, ils nous ont fait mal, qu’on ne me dise pas qu’ils ont fait l’impasse sur ce match, je sais de quoi je parle”, affirme Guillaume Ribes, le talonneur dont le visage marqué témoigne de l’engagement. Pour cette seconde sortie à la maison, Antonie Claassen et ses frères d’armes ont renoué avec  un jeu appliqué, rigoureux et une fois encore la troisième ligne est apparue comme une efficace rampe de lancement.

Cinq minutes de folie

Bien vite cette équipe de Perpignan va déjouer en se mettant à la faute, un régal pour Mathieu Belie promu demi de mêlée titulaire et buteur pour la première fois sous ce maillot du CABCL. Le transfuge de Montauban fait un sans faute ou presque, et il se met le public dans la poche. Brive fait la course en tête (6-0) après six minutes de jeu. Le meilleur est à venir,  avec deux essais livrés en cinq minutes chronos entre la quinzième et la vingtième minute. Un premier essai signé par Damian Browne à l’issue d’une énorme percée de l’arrière Scott Spedding, puis un second griffé par Gerhard Vosloo, un modèle du genre. Gerhard le guerrier gagne un ballon aérien, tel un perce muraille il efface le premier rideau puis il se lance dans un course folle, tape à suivre, regarde à droite, à gauche, personne, aucun partenaire, au prix d’un violent effort et d’une course haletante il prend de vitesse les défenseurs médusés. Deux essais transformés. En cinq minutes, les Corréziens ont marqué quatorze points et plus encore, ils ont tué le match. (20-3) puis ( 23-3), Mathieu Belie va encore embellir le score sur une pénalité.

En seconde période, les Catalans vont faire souffler un vent de révolte sur cette pelouse. Ils y parviendront partiellement après qu’ils aient eu deux essais refusés, le troisième sera le bon mais la cause est entendue depuis longtemps, cet essai de l’orgueil adouci juste un peu la note finale : (26-11).

“Ce succès lance incontestablement notre saison, nous faisons une bonne première mi-temps, nous marquons enfin des essais. En seconde période, on retombe dans certains travers qui nous coûtent peut-être le bonus offensif, mais c’est une bonne soirée avant d’attaquer notre marathon”, lâche Ugo Mola, le boss des entraîneurs. La semaine prochaine, il faudra se rendre chez les champions de France, puis dans quinze jours descendre à Bayonne avant de recevoir Toulon…

Le grand bain pour trois jeunes joueurs

Julien Caminati, Mathias Atayi, Jonathan Leite ont eu l’insigne honneur de jouer quelques minutes dans un match du Top 14 sous les couleurs du CABCL. Ces trois jeunes joueurs se souviendront longtemps de ce vendredi 20 août 2010 qui, on l’espère pour eux, sera la date référence du début de leur carrière professionnelle.

Jean René LAVERGNE

Jean René LAVERGNE

Laisser un commentaire