L'actualité en continu du pays de Brive


Rugby : le CABCL ne veut pas rater le dernier métro

derniers réglages

Il n’y aura pas de place pour tout le monde dans le wagon qui conduit vers les phases finales du top 14, alors les tickets valent de l’or. Le CABCL est sur le marche pied du dernier métro, mais il doit franchir encore une marche, la plus difficile peut-être.maillots jaunes pour l'heureLe championnat tire à sa fin, il reste quatre matches au compteur pour continuer à espérer. Le CABCL est dans cette situation : le cul entre deux chaises, mais il nourrit l’espoir d’être parmi les nominés au terme du marathon programmé le samedi 24 avril face à Toulon. La route n’en demeure pas moins incertaine avec une étape majeur et pour tout dire risquée dès samedi sur cette pelouse emblématique de Colombes. Les Corréziens vont jouer face à la bande à Chabal and co. Les Parisiens sont des rivaux directs dans cette course à la sixième place. Pour l’instant, ils l’occupent même avec 55 points. Les Brivistes sont à quatre longueurs, en embuscade. “Une défaite à Paris et nos chances de qualification n’existeraient pratiquement plus”, admet Jean-Baptiste Péjoine.

Dans les rangs corréziens, on s’efforce de préparer cette sortie dans la capitale dans les meilleurs conditions. Les joueurs vont filer sur Paris dès demain matin 7h, avec un entraînement programmé dès demain soir. “On ne peut pas se louper, c’est un véritable huitième de finale que nous allons jouer. Ce match sera lourd de conséquences”, souffle Didier Casadéi, l’un des entraîneurs. Estebanez

Justement, côté préparation, l’entraînement de mardi après-midi a été particulièrement coton. Les espoirs ont été sollicités pour donner la réplique. Jeu aux pieds, mêlées, touches, lancements, le tout sur un rythme effréné et aucun ménagement pour Alexis Palisson et Steeve Thompson, les deux internationaux qui ont croisé le fer samedi soir dernier au Stade de France. Alexis Palisson est radieux et heureux, il fait même du ”rab” pour aller tenter dans les angles du terrain des pénalités. C’est lui qui devrait être chargé de ce travail. Steeve Thompson est affûté comme jamais: “Ce sera un match énorme face au Racing, on doit gagner”, dit le colosse jamais rassasié et toujours enthousiaste de jouer ce genre de match. Quant à Riki Flutey, le joueur de cristal, il souffre encore de son épaule, il est ressorti cassé de la confrontation face aux Français, sa présence à Colombes est compromise… Répétition

Avec ou sans Flutey, l’objectif avoué sur le tableau noir d”avant match, ne va pas changer: il s’agit de capitaliser dans la capitale.

Jean René LAVERGNE

Jean René LAVERGNE

Mot clé

Laisser un commentaire