L'actualité en continu du pays de Brive


Rugby et discriminations même combat

conf AIDES CAB1

La journée mondiale de lutte contre le sida est toujours fixée le 1er décembre, c’est à dire demain. A Brive comme partout ailleurs, des initiatives sont prévues, mais on jouera les prolongations samedi lors du match  de rugby Brive-Agen avec une opération pour lutter contre les discriminations à laquelle sont associés des joueurs du CABCL, une mutuelle Via Santé et la Ville de Brive.Chaque année en France 7.000 nouveaux cas de contamination par le virus HIV sont détectés. Selon des statistiques récentes, 50.000 personnes seraient porteuses du virus sans qu’elles le sachent. Fort heureusement, il existe aujourd’hui des remèdes et des traitements efficaces, mais le virus est toujours là avec son lot de discriminations. Pour la bonne cause, 11 joueurs du CABCL ont prêté leur image pour une vaste campagne de communication afin de lutter contre ces discriminations et les idées reçues.

Des photos, en noir et blanc assorties de légendes interrogatives. Sous le portrait d’Antonie Claassen, on peut ainsi lire: “Est-ce que vous me demanderiez toujours des autographes si j’étais séropositif ?” En empruntant le langage et le vocabulaire du rugby, chaque joueur décline un message fort pour dénoncer des situations vécues par les personnes séropositives. “C’est la première fois qu’en Limousin des sportifs de haut niveau sont associés à une opération de lutte contre le sida”, s’est félicitée Sandrine David, coordinatrice de l’association Aides Limousin.

Ce matin, dans les locaux de la mutuelle Viasanté, en présence de deux joueurs du CABCL Ronnie Cooke et Jamie Noon, les organisateurs ont présenté cette opération. Ils seront au stadium samedi à l’heure du match par une distribution de 2.000 sacs avec de la documentation de prévention du sida et des préservatifs. Comme pour jouer les prolongations, l’exposition qui se tient actuellement 2 place de la Halle à Brive est appelée à circuler aussi dans les bars.

Jean René LAVERGNE

Jean René LAVERGNE

Laisser un commentaire