L'actualité en continu du pays de Brive


Romane Hamelin, graine de championne

A 11 ans et demi, Romane Hamelin va jouer dans la cour des grandes. Licenciée au club de Brive Gym depuis ses 4 ans, la jeune fille vient de décrocher son sésame pour entrer au pôle France de Saint-Etienne. Derrière elle, sa famille et tout un club. Devant, son rêve de très haut niveau dans ce sport que l’on sait tant exigeant et rigoureux.

Son visage d’ange s’éclaire continuellement d’un large sourire qui disparaît sitôt le mouvement commencé… ou quand son entraîneur la rappelle à l’ordre ! La concentration exigée la métamorphose. Avant de s’élancer, son regard est déterminé. “Sérieuse, compétitrice, persévérante”… Christel Bordas, son entraîneur, ne tarit pas d’éloges à son égard. Elle se souvient avoir tout de suite détecté son potentiel. “Romane a de très grandes qualités physiques et mentales. Toute petite déjà, on voyait qu’elle n’était pas là pour s’amuser mais pour faire de la gymnastique.” Et de fait, son palmarès montre qu’elle n’est pas là que pour rigoler. A 8 ans, elle était déjà vice championne de zone centre France 2017; elle a fait deux fois championne de la Région Nouvelle-Aquitaine 2018 et 2019, 8e au championnat de France 2019, 7e au trophée international élite gym Massilia à Marseille en 2019…

Ses parents ont inscrit Romane à Brive Gym à 4 ans et demi. “Elle avait besoin de se défouler ! Et c’est un des seuls sports où on peut commencer si tôt”, expliquent ses parents. Rapidement, elle a vu le nombre de ses entraînements se multiplier. A 6 ans, elle s’entraînait déjà 6 heures par semaine. Son premier souvenir au gymnase ? La rondade flip! Un des éléments de base du sol qui permet d’enchaîner ensuite de grosses difficultés comme une double vrilles qu’elle travaille déjà. Soleil au barre, tsukahara au saut, flip décalé à la poutre… Derrière ce vocabulaire technique et spécifique à la gym, des heures et des heures d’entraînement à répéter inlassablement les mêmes mouvements.

Cette année, Romane s’entraînait 18 heures par semaine à Brive Gym et les mercredis avec Jean-François Bonvallet au club de Boulazac. A cela, il faut encore ajouter nombre de compétitions dont cette année le trophée Elite Gym Massilia à Marseille. Romane est la première gymnaste du club à y avoir participé. Puis il y a eu ces nombreux stages dont ceux réalisés au pôle de Saint-Etienne qui l’a repérée, jusqu’à cette ultime semaine en février durant laquelle la jeune gymnaste y est retournée faire une immersion, suivant les filles du pôle dans leur classe de 6e et à l’entraînement.

C’est là où Romane s’est faite sa première blessure, une micro fracture à la malléole sur un saut de main vrille. Trois semaines de plâtre et l’attente… Celle du confinement et du dévoilement de la fameuse liste du pôle. Romane était dessus! Elle a sauté partout! “On s’y attendait, enfin disons qu’on l’espérait”, confient ses parents. “Cela faisait un an qu’on se posait toutes les questions sur la distance, l’hébergement, la scolarité, le coût… On n’a voulu déranger personne sur place alors on a regardé beaucoup de reportages car c’est un milieu que l’on ne connaît pas et dont on ignore le mode de fonctionnement. Le club et son président Alain Brusq nous ont aussi beaucoup soutenus et nous sommes très reconnaissants à Christel, et plus récemment aussi à Jean-François Bonvallet, qui ont toujours cru en Romane et qui ont toujours tout fait pour elle.

Romane a passé cette semaine ses dernières heures d’entraînement au club de Brive dans des conditions particulières du fait du protocole sanitaire à respecter. Elle rattaquera à Saint Etienne dès le 3 août et y fera sa rentrée de septembre en 6e. Une rentrée scolaire pas comme les autres puisque sa semaine de classe sera articulée autour d’une trentaine d’heures d’entraînement par semaine, deux fois par jour, 6 jours sur 7. “Elle a le mental pour cela”, assure Christel Bordas et elle aura sa famille.

Les meilleures gymnastes venues de toute la France sont d’ordinaire hébergées en famille d’accueil mais Romane a de la famille à Saint-Etienne. Ses grands parents maternels et paternels. Elle passera la semaine chez les uns, le week end chez les autres. “On prévoit d’aller souvent la voir. C’est un coût mais on sait qu’il y aura des coups durs. On veut être là pour notre fille. Il va falloir qu’elle fasse ses preuves. On la soutiendra mais jamais on ne la forcera“, confie la maman qui pressent que sa fille gèrera mieux la distance qu’elle-même. “Mais on ne se voyait pas lui refuser cela au vu de tout le travail qu’elle a engagé ces cinq dernières années.”

Pour le club, cette entrée au Pôle de Saint Etienne, centre d’entraînement de haut niveau, est une première. “C’est une fierté de lui avoir permis d’atteindre ses objectifs, d’accéder à son rêve”, assure Christel Bordas. Un graal pour un entraîneur ? “L’essentiel de la gym se passe en loisir et notre rôle est de permettre à chaque enfant de s’épanouir et de décrocher les meilleurs résultats possibles”, nuance-t-elle.

D’ici deux semaines, Romane rejoindra donc la salle où s’entraînent quelques uns des grands noms de la gym à commencer par Mélanie de Jesus dos Santos, Française la plus titrée au championnat d’Europe. Son modèle. Elle n’en a pas conscience, mais elle est aussi un modèle pour ses copines d’entraînement. “C’est un pilier, un moteur”, indique Christel. “Elles sont toutes fans de Romane et contentes pour elle. A la reprise, ça va leur faire bizarre et à moi aussi !

Romane, elle, continue sur sa lancée, les yeux rivés sur les difficultés qu’elle rêve de réaliser (le yurchenko au saut et le facial à la poutre) et sur les compétitions où elle espère s’illustrer: les championnats de France élite auxquels elle s’était qualifiée cette année mais qui ont été annulés, mais aussi toutes celles où sa passion, son talent et ses sacrifices pourront la mener.

Vous pouvez suivre Romane sur la page Facebook que ses parents ont créée. Ils ont également lancé une cagnotte leetchi pour les aider à financer le rêve de leur fille.

 

Jennifer BRESSAN, Photos : Diarmid COURREGES

Jennifer BRESSAN, Photos : Diarmid COURREGES

Laisser un commentaire